DERNIERE MINUTE

Au-delà des élections, les interrogations pour l'économie grecque

Au-delà des élections, les interrogations pour l'économie grecque
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Quel que soit l'issue du vote, ce dimanche, une chose est sûre : le prochain gouvernement grec n'aura pas la tâche facile sur le plan économique.

Certes, après des années d'austérité, le pays relève la tête. Mais la croissance n'est pas aussi soutenue qu'espérée.

Les réformes engagées, souvent sous la contrainte des bailleurs de fonds, ont commencé à porter leur fruit. Mais il y a encore du pain sur la planche. C'est ce que dit le président de la chambre de commerce.

Les défis à relever désormais concernent la fiscalité et les cotisations sociales, les dépenses publiques qu'il faut rationaliser, le secteur bancaire qu'il faut sécuriser et les marchés qu'il faut alimenter en liquidités.
Kostas Michalos
Président de la chambre de commerce d'Athènes

La situation est donc mitigée. C'est vrai notamment sur le marché de l'emploi, avec un taux de chômage autour de 18%. Le taux le plus élevé de la zone euro. Le pays a besoin d'investissements pour créer des emplois.

Les marchés financiers tablent sur une consolidation de la croissance. Mais il y a quand même des interrogations, notamment pour savoir si le futur gouvernement aura réellement les moyens de consolider cette croissance. Et ça, on le saura dans les prochaines semaines et les prochains mois.
Nikos Vettas
Fondation pour la Recherche économique

En dix ans, le pays a connu trois plans de sauvetage, qui se sont traduits par des mesures drastiques, notamment pour assainir les finances publiques. Mais il faut aller encore plus loin, estime ce conseiller fiscal.

La surtaxation et l'évasion fiscale constituent les deux faces d'une même pièce. Il faut donc régler ce problème. Et pour ce faire, nous devons rapidement développer davantage les paiements électroniques. C'est crucial pour notre économie.
Kostas Sfakakis
Conseiller fiscal à la Fédération des entreprises grecques

Même si elle est précaire, l'embellie économique est bien là. De quoi donner un peu d'air à une population, fatiguée de se serrer la ceinture.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.