DERNIERE MINUTE

Deuxième séisme en deux jours en Californie

Deuxième séisme en deux jours en Californie
Tous droits réservés
REUTERS/David McNew
Taille du texte Aa Aa

Le gouverneur de Californie demande au président américain Donald Trump de déclarer l'état d'urgence après un séisme de magnitude 7, 1 qui a frappé l'État vendredi soir. C'est le deuxième tremblement de terre en moins de 48 heures dans la région. Heureusement, la zone touchée était peu urbanisée. Aucun mort ou dégât majeur n'est à déplorer. Seulement des blessés légers.

"Nous avons eu deux répliques de magnitude 5 après celui de magnitude 7, 1, explique Lucy Jones, sismologue au California Institute of Technology. La probabilité d'une nouvelle réplique de même ampleur dans la semaine qui vient est très élevée, il y en aura même peut-être plusieurs. La probabilité d'une réplique de magnitude 6 la semaine prochaine est de plus de 50 %. Et selon une estimation tout à fait provisoire, la probabilité d'une réplique de magnitude 7 serait de 11 %."

Certaines fondations ont été fissurées, des murs porteurs sont à terre. Des routes ont été coupées par des chutes de pierres. Plusieurs bâtiments ont pris feu, provoqués surtout par des fuites de gaz, nécessitant l'intervention des pompiers. Le séisme a secoué Los Angeles où aucun dégât majeur n'est toutefois recensé. Il a été ressenti jusqu'à Las Vegas dans le Nevada voisin.

"Tout bougeait et le chandelier tremblait et les enfants criaient "il y a un tremblement de terre"..." témoigne Steven, un touriste australien. "J'avais l'impression de bouger sur une plaque ou sur un matelas gonflable dans une piscine" dit Sadeer, un habitant de Los Angeles.

Ces deux séismes ravivent le spectre du Big One, le méga séisme dévastateur tant redouté dans l'Ouest américain.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.