Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Les migrants sont "le symbole de tous les exclus de la société globalisée", estime le Pape

Les migrants sont "le symbole de tous les exclus de la société globalisée", estime le Pape
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le Pape François en appelle de nouveau à la solidarité envers les migrants en Méditerranée. Lors d'une messe en la basilique Saint-Pierre, devant des secouristes et des migrants, le Souverain pontife a plaidé pour que ces derniers soient considérés comme des "personnes humaines". Cette déclaration survient alors que le ministre de l'Intérieur italien, Matteo Salvini, refuse d'accueillir des navires humanitaires sur l'île de Lampedusa.

Les migrants constituent pourtant, selon le pape François, "le symbole de tous les exclus de la société globalisée".

"Ils sont les derniers abusés et abandonnés qui meurent dans le désert. Ils sont les derniers torturés, maltraités et violentés dans les camps de détention. Ils sont les derniers qui défient les flots d'une mer impétueuse. Ils sont les derniers abandonnés dans des camps pour un accueil trop long pour être appelé provisoire", a déclaré le Pape.

Le 8 juillet 2013, quatre mois après son élection, François s'était rendu sur l'île italienne de Lampedusa, où il avait alors fustigé "la mondialisation de l'indifférence" envers les migrants.

Six ans plus tard, jour pour jour, la situation n'a guère évolué. Entre temps, l’Organisation mondiale pour les migrations a recensé plus de 16.000 migrants morts ou disparus en Méditerranée.

Début juin, le ministre de l'Intérieur italien a signé un décret qui interdit l'accostage des navires humanitaires transportant des migrants secourus en mer à bord d'embarcations précaires.

Giorgia Orlandi, correspondante d'Euronews à Rome : Cette messe, célébrée devant 250 personnes par le Pape François, est une manière indirecte de prendre clairement position contre la politique italienne des ports fermés. C'est aussi une manière de célébrer le sixième anniversaire de son déplacement à Lampedusa en 2013 et de rappeler que les migrants sont des humains, et que la politique n'a rien à voir avec cela. C'est un sujet qui fait polémique depuis l'accostage forcé d'un nouveau navire humanitaire à Lampedusa, qui a défié ainsi la décision prise par Matteo Salvini de ne pas les accueillir. Le ministre de l'Intérieur italien, qui a critiqué ses alliés au gouvernement, et notamment la ministre de la Défense issue du Mouvement 5 étoiles, pour ne pas l'avoir suffisamment soutenu dans sa démarche.