Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Grande-Bretagne : le leader travailliste voterait contre le Brexit

Grande-Bretagne : le leader travailliste voterait contre le Brexit
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Au Royaume-Uni, le chef du parti travailliste réclame un nouveau référendum sur le Brexit. Jeremy Corbyn met au défi le prochain Premier ministre conservateur d'organiser un telle consultation populaire, pour faire valider l'accord ou l'absence d'accord de divorce.

Et de préciser qu'en cas de nouveau référendum, il appellera à voter en faveur du "Remain", pour rester au sein de l'Union européenne.

Au Labour, nous disons qu'il n'est pas question de ne pas avoir d'accord. Les gens doivent pouvoir exprimer leur choix entre rester au sein de l'Union européenne, ou bien accepter de quitter l'UE sans accord, avec ce que ça peut avoir comme conséquences préjudiciables pour les prix des aliments, l'approvisionnement en médicaments ou l'investissement industriel.
Jeremy Corbyn
Chef du parti travailliste

Comment expliquer ce changement de cap de Jeremy Corbyn, longtemps proche du courant euro-sceptique et qui désormais se positionne dans le camp du "Remain" ?

Il est important pour les Travaillistes de se tourner vers les électeurs et de leur dire : Vous voyez, nous avons donné au gouvernement la possibilité de protéger les emplois à travers un accord'. Mais on voit bien que l'accord proposé par Theresa May est aussi impopulaire auprès du public qu'il l'est auprès des Parlementaires. Idem pour l'option 'No deal' (pas d'accord). Un mauvais accord ou pas d'accord, voilà les deux seules options que nous proposent les conservateurs.
Thomas Brooks
Politologue, Université de Durham

C'est en juin 2016 que les Britanniques ont majoritairement voté en faveur d'une sortie de l'Union européenne.

Mais trois ans plus tard, la procédure de divorce patine.

Après plusieurs reports, le Brexit est désormais censé avoir lieu le 31 octobre.

- avec agences -