Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

En Grèce, fébrilité dans les ministères

En Grèce, fébrilité dans les ministères
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Ils héritent du taux de chômage et de la dette les plus élevés de la zone euro mais affichent leur volonté de changement, à commencer par une ambitieuse réforme fiscale… En Grèce, le ministère des Finances s'active, à peine la nouvelle équipe investie. Baisse de la TVA, baisse de l'impôt sur les sociétés, les mesures annoncées vont devoir être appliquées et vite, tout en respectant les engagements européens, car la Grèce doit dégager chaque année un confortable excédent primaire pour garantir ses remboursements. Une obligation qu'elle espère renégocier.

« Je demande à tout le personnel du ministère de mettre de côté l'idéologie et les préférences partisanes. Nous devons donner le meilleur pour ramener la confiance dans le pays. Nous devons promouvoir et défendre la dignité et la crédibilité du pays sur les scènes européenne et mondiale. »
Christos Staïkouras
Ministre des Finances

Le ministère de l'Économie devient, lui, celui de la Croissance et des Investissements. Objectif : attirer plus de 50 milliards d'euros d’investissements au cours des quatre prochaines années. Un défi de taille pour l'un des membres les plus controversés du gouvernement Mitsotakis en raison de son ancienne appartenance à l'extrême droite.

« Nous allons nous en tenir au mandat pour lequel nous avons été élus, à cette volonté de changement. Nous allons mettre en pratique la vision du Premier ministre qui vise à accélérer les investissements et à inverser le climat de défiance dans l'économie parce que nous visons des taux de croissance beaucoup plus élevés. »
Adonis Georgiadis
Ministre de la Croissance et des Investissements

Au ministère des Finances règne un sentiment d'urgence. L'équipe qui gérera les négociations avec les créanciers de la Grèce s'est déjà réunie pour préparer une feuille de route en amont du futur rapport de surveillance sur la Grèce. Cela devrait ouvrir la voie à une tentative de renégociation des politiques budgétaires.