Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Entretien avec le nouveau ministre grec de la Croissance

Entretien avec le nouveau ministre grec de la Croissance
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Adonis Georgiadis est le nouveau ministre grec de la Croissance et des Investissements. Il a été nommé à ce portefeuille la semaine dernière par le nouveau Premier ministre conservateur Kyriakos Mitsotakis.

Son défi est colossal : il doit relancer la croissance économique dans un pays où l'endettement dépasse 180% du PIB.

"Faire de la Grèce le pays le plus favorable aux affaires de l'Union européenne"

Dans une interview exclusive pour Euronews, il explique pourquoi la Grèce doit devenir une destination attrayante pour les investisseurs.

"Notre ambition est de faire de la Grèce le pays le plus favorable aux affaires de l'Union européenne. Nous allons donc immédiatement réduire les impôts et nous allons faire disparaître la bureaucratie. Nous allons adopter en août une nouvelle législation qui va presque tout changer. Nous voulons dire à tout le monde "si vous voulez gagner de l'argent et faire des affaires, il est temps que vous veniez en Grèce".

Des créanciers réticents aux baisses d'impôts

Le gouvernement a promis pendant la campagne électorale un programme économique néo-libéral : il veut moins de taxes, plus d'allègements fiscaux plus d'investissements et plus d'emploi. Des mesures qui inquiètent les créanciers du pays, notamment Bruxelles. Pas de quoi inquiéter Adonis Georgiadis.

"L'Union européenne veut réussir en Grèce. Nous allons lui permettre de réussir. Nous sommes fiers d'être Grecs, nous sommes fiers d'être Européens."

Le nouveau gouvernement grec a dévoilé des objectifs économiques ambitieux. Il veut doubler la croissance économique, aujourd'hui à 1,9%, d'ici la fin de l'année prochaine.