Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Un 14 juillet agité pour Emmanuel Macron et les Champs-Elysées...

Un 14 juillet agité pour Emmanuel Macron et les Champs-Elysées...
Tous droits réservés
REUTERS/Charles Platiau
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Les Feux d'artifice du 14 juillet, un interlude de calme et d'émerveillement sur les Champs-Elysées à Paris...

Dans la matinée, le défilé militaire, parade terrestre et aérienne occupaient l'avenue la plus célèbre de la capitale française. Un défilé marqué par les nombreux sifflets adressés au chef de l'Etat français au début de la cérémonie. Marqué aussi par le spectacle futuriste d'un "homme-volant", fusil en main... Il s'agissait de Franky Zapata, sur son "Flyboard", un engin de son invention qui intéresse les forces spéciales françaises.

Pour cette édition 2019 du défilé, Emmanuel Macron avait convié une dizaine de représentants de pays européens partenaires de son armée. Commission européenne, OTAN étaient représentés. Parmi les dirigeants, Angela Merkel, apparue fatiguée et essoufflée. La chancelière allemande fait l'objet d'inquiétudes depuis plusieurs semaines, depuis que plusieurs crises de tremblements l'ont saisie en public...

REUTERS/Charles Platiau

Et pour Emmanuel Macron, après les sifflets, ce sont les gilets jaunes, sans leur chasuble fluo, qui ont été l'élément perturbateur de cette fête nationale française.

Car une fois la parade militaire terminée, et les Champs-Elysées rouverts au public, des dizaines de contestataires ont voulu manifester leur mécontentement et provoquer les forces de l'ordre. Des poubelles ont été incendiées, les barrières renversées, des dizaines de personnes ont été interpellées. Plusieurs figures des gilets jaunes ont passé quelques heures en garde à vue.

REUTERS/Pascal Rossignol

Le calme est revenue sur les Champs-Elysées le temps des feux d'artifice, puis les supporteurs de l'équipe de football d'Algérie ont de nouveau occupé le terrain et les forces de l'ordre jusqu'au milieu de la nuit.