Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Pedro Sanchez et Podemos : "une méfiance réciproque"

Pedro Sanchez et Podemos : "une méfiance réciproque"
Tous droits réservés
REUTERS/Enrique Calvo
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Pedro Sanchez l'a promis : il fera tout pour former un gouvernement avant la date butoir du 23 septembre.

Après sa rencontre avec le roi Felipe, le chef du gouvernement espagnol a réaffirmer ses intentions alors qu'il a échoué à deux reprises à obtenir la confiance du parlement.

En revanche, pour s'entendre avec les opposants de Podemos, il y a encore du travail...

"Après avoir entendu si souvent Pablo Iglesias dire qu'il ne faisait pas confiance au parti socialiste, je me méfie moi aussi de ses arguments et d'Unidas Podemos. C'est donc une méfiance réciproque, encore plus depuis l'échec de la procédure d'investiture", a déclaré le Premier ministre espagnol.

Malgré le succès de son parti aux législatives d'avril, le leader socialiste n'est toujours pas parvenu à dégager une majorité. Pour le moment, il ne peut compter que sur 123 élus socialistes sur 350 députés au total.

Pedro Sanchez doit donc se faire des alliés, mais a rejeté ce mercredi toute coalition avec Podemos.

Pablo Echenique, l'un des portes paroles du parti de gauche radicale, a de son côté déclarer que "Sanchez devrait travailler avec ses soutiens et cesser de chercher des excuses".

Le Premier ministre espagnol a moins de deux mois pour sortir de l'impasse institutionnelle. Faute de quoi de nouvelles élections seront organisées.