Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Hong Kong bouillonne, Pékin gronde

Hong Kong bouillonne, Pékin gronde
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Des actes "quasi terroristes" : c'est dans ces termes, que la Chine a qualifié les incidents qui se sont produits mardi soir, en marge d'un nouveau jour de contestation à l'aéroport d'Hong kong.

Deux hommes, suspectés par les manifestants, d'entretenir des liens avec le régime de Pékin, ont été passés à tabac.

Des images qui ont fait le tour des médias chinois, alors que la contestation à Hong Kong, était jusqu’à présent, à peine mentionnée.

Du mobilier de l’aéroport a été saccagé par les manifestants, avant qu’ils ne soient évacués par les forces de l’ordre à coup de gaz poivre.

Une escalade des tensions qui fait craindre une répression d’envergure : de l’autre côté de la frontière avec la Chine, des images satellite d’un stade, laissent apparaître à l’intérieur de celui-ci des dizaines de fourgons des forces chinoises.

Depuis dix semaines, la contestation pro-démocratie paralyse Hong Kong, une ancienne colonie britannique, rétrocédée à la Chine en 1997, à la condition qu’elle garde son autonomie.

Mais celle-ci est remise en question par les autorités de Pékin qui souhaitent reprendre le contrôle du pouvoir judiciaire.

Plusieurs pays, dont la France et les États-Unis se disent préoccupés par la situation.