EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Iran : la stratégie osée des sanctions américaines

Iran : la stratégie osée des sanctions américaines
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Depuis 2018, Washington a imposé de nouvelles sanctions à la République islamique. Les dirigeants sont visés. Mais la population est la première victime.

PUBLICITÉ

L'accord de 2015 sur le nucléaire iranien a été largement décrit comme un triomphe de la diplomatie. Une solution à un conflit ancien entre l'Iran et l'Occident. Mais l'administration Trump l'a tout de suite considéré comme vicié et était déterminée à retirer les États-Unis de ce traité.

Lors du sommet du G7, le président américain a rappelé sa position. "Nous avons passé un accord ridicule, a estimé Donald Trump. Nous leur avons donné 150 milliards de dollars, 1, 8 milliards en cash et nous n'avons rien reçu. D'ailleurs, l'accord était à si court terme qu'il expire très vite. Avec un pays, vous ne faites pas un tel accord. Un pays, ça dure longtemps et vous ne faites pas d'accords à court terme."

Washington est allée plus loin en 2018 en imposant de nouvelles sanctions visant des dirigeants parmi lesquels l'ayatollah Khamenei et d'autres figures du régime. Ces sanctions visent aussi les puissants Gardiens de la Révolution et les entreprises qui leur sont liées. Des mesures punitives qui ont un objectif : empêcher l'Iran d'exploiter sa richesse pétrolière, paralysant son économie et accroissant la pression intérieure sur l'élite dirigeante. Et l'impact est important. Le PIB a chuté de 6 %. La monnaie iranienne, le rial, s'est effondrée en valeur de 60 % et les prix se sont envolés, l'inflation bondissant de 37 %.

Comme pour les précédentes sanctions imposées à l'Iran, c'est la population qui paie le prix fort. Le coût de la vie monte en flèche, tout comme le taux de chômage. Reste à savoir si ces sanctions pousseront les dirigeants iraniens à faire des concessions aux États-Unis.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Iran ne limitera plus le développement de son secteur nucléaire

Iran : Ebrahim Raïssi, portrait d'un dirigeant ultra-conservateur

Le chef de l'AIEA cherche à renforcer les contrôles sur le programme nucléaire iranien