Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Moscou : nouvelle mobilisation de l'opposition contre les "répressions politiques"

Moscou : nouvelle mobilisation de l'opposition contre les "répressions politiques"
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Des centaines de manifestants ont défilé ce samedi à Moscou pour protester contre les "répressions politiques", à une semaine des élections locales russes.

L'organisation de ce scrutin a été le point de départ de ce mouvement de contestation inédit depuis le retour de Vladimir Poutine au pouvoir en 2012.

Les manifestants accusent les autorités d'avoir exclu une soixantaine de candidats de l'opposition. La raison officielle invoquée : "des vices de forme".

"Ne pas reculer"

Depuis juillet, la plupart des actions ont été sévèrement réprimées par la police.

"Toutes ces nuits passées à essayer de débusquer les candidats de l'opposition, toutes ces détentions d'étudiants, ça ne marche pas", a déclaré dans le cortège Lyobov Sobol, l'une des figures de l'opposition.

"La société civile ne va pas reculer. Nous sommes plus forts, nous venons d'en bas et nous allons continuer à essayer d'obtenir le respect de nos droits", a-t-elle ajouté.

"Les gens voient bien que ces élections sont en train d'être fabriquées à l'avance", a quant à lui déclaré Grigori Iavlinski, autre figure de l'opposition. _**"Et cela se fait depuis très longtemps, systématiquement. Cela ne peut pas être toléré."

Près de 2 700 arrestations ont été recensées depuis le début de la mobilisation, mi-juillet. La plupart des opposants ont même enchaîné jusqu'à plusieurs courtes peines de prison.

Les autorités semblent montrer d'autant plus de nervosité que ces élections locales s'annoncent difficiles pour les candidats du pouvoir, dans une contexte de stagnation économique.