Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Suspension du Parlement britannique : à Londres, entre angoisse et colère face au vide politique

Suspension du Parlement britannique : à Londres, entre angoisse et colère face au vide politique
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Au lendemain de la suspension du Parlement britannique pour les cinq prochaines semaines, les Londoniens expriment leur inquiétude, voire leur colère, face à ce vide politique, juste avant l'échéance du Brexit.

"C'est jeter notre démocratie par la fenêtre"

"Cela nuit à notre démocratie, C'est jeter notre démocratie par la fenêtre, à un moment où nous sommes en pleine crise politique", dit une femme.

"Ce n'est pas une bonne chose, ce n'est pas bien. Les députés devraient être en train de trouver des solutions, ils devraient être présents au Parlement", ajoute un homme.

"Les Britanniques ont voté pour le Brexit et Boris Johnson tente de le concrétiser. Et si les députés veulent l'arrêter... Personnellement, je ne crois pas au Brexit", souligne un jeune garçon.

Des élections inéluctables ?

Notre correspondant à Londres Vincent Mc Aviney : "Après avoir échoué deux fois à obtenir des élections anticipées et avoir perdu six votes à la Chambre des communes, Boris Johnson a réussi à suspendre le Parlement jusqu'au 14 octobre. Il va désormais utiliser ce temps pour regrouper ses troupes, pour parler à ses conseillers, pour élaborer une nouvelle stratégie, maintenant que l'option d'une sortie sans accord a également été retirée de la table. Tous les principaux partis britanniques vont également se réunir au cours des prochaines semaines et on peut considérer cela comme le début d'une logue élection. Il n'y en aura pas avant novembre, au plus tôt, mais il semble à peu près certain que le Royaume-uni aura des élections à un moment donné cet hiver."