Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Brexit dur : le rapport choc qui dévoile un scénario catastrophe

Brexit dur : le rapport choc qui dévoile un scénario catastrophe
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Ce sont des prévisions qui risquent de donner des sueurs froides aux Britanniques.

Le gouvernement anglais a publié mercredi un rapport jusqu'alors classé confidentiel sur l'impact qu'aurait un Brexit dur. Les députés britanniques avaient voté la semaine dernière pour le forcer à publier les détails du document, appelé '"Opération Yellowhammer".

Un scénario catastrophe qui décrit ce qu'il se pourrait se passer dans le pire des cas, affirme Downing Street. En août, le Sunday Times avait obtenu une copie du dossier gouvernemental, assurant qu'il mentionnait les répercussions "les plus probables" d'un "no deal" et non pas "le pire scénario".

12 domaines-clés bientôt touchés

Dans la perspective d'un tel scénario, les autorités britanniques prévoient des perturbations dans 12 domaines-clés et les premières conséquences semblent alarmantes. Ces perturbations pourraient durer pendant trois mois.

Trafic entre le Royaume-Uni et l'Union européenne

La traversée de la Manche pourrait être affectée. Selon les documents concernant l'Opération Yellowhammer, datés du 2 août, jusqu'à 85% des poids-lourds britanniques pourraient ne pas être en mesure de franchir les contrôles douaniers français, en cas de Brexit sans accord, entraînant une baisse de "40 à 60% du niveau actuel" de circulation.

Gibraltar pourrait être particulièrement affecté en raison de la mise en place de contrôles douaniers à sa frontière avec l'Espagne.

Approvisionnement du pays en marchandises

Résultats : l'approvisionnement en nourriture, boissons, essence et même médicaments pourrait être difficile. Les magasins pourraient être touchés par d'importantes pénuries.

Tensions sociales

A cela s'ajoute, les tensions sociales. Le rapport révélé prévoit des protestations, suivies de contre-manifestations. Le risque de troubles publics et de tensions communautaires serait accru dans le pays.

Des accrochages pourraient également éclater dans les zones de pêche entre pêcheurs britanniques et étrangers, indique le rapport.

Frontière irlandaise

Le projet britannique de suppression des contrôles à la frontière irlandaise "s'avérerait probablement non viable en raison d'importants risques sur les plans économique, juridique et de biosécurité", selon ce document, qui évoque la possibilité de l'émergence d'un marché noir dans les communautés frontalières.

Un Brexit sans accord, qui rétablirait des frontières physiques entre l'Irlande, membre de l'UE, et l'Irlande du nord, province qui fait partie du Royaume-Uni, pourrait priver 55 000 Irlandais de travail.

Lourdes conséquences sur l'économie

Autant d'effets négatifs qui pourraient s'avérer terribles pour l'économie du pays, la cinquième plus forte au monde.

D'après les prévisions de la banque d'Angleterre, le PIB devrait chuter de 5,5% en cas de Brexit sans accord. Le taux de chômage pourrait doubler pour atteindre les 7%. L'inflation devrait aussi doubler à 5,5%.

Un état de préparation "faible"

Conclusion du document gouvernemental : "L'état de préparation du public et du secteur marchand (...) restera faible (...) en raison de l'absence d'une vision claire sur la forme de la sortie de l'Union européenne", selon les documents.

Des révélations qui scandalisent l'opposition.

Boris Johnson reste déterminé

Ce rapport inquiétant n'empêche pas Boris Johnson d'envisager un hard Brexit. Le Premier ministre britannique s'est engagé à sortir son pays de l'Union européenne coûte que coûte le 31 octobre.

"J’ai massivement accéléré nos préparatifs depuis que je suis Premier ministre", a défendu le dirigeant conservateur lors d’une visite sur la Tamise.

"Nous essayons d’obtenir un accord (...) mais si nous devons sortir le 31 octobre sans accord, nous serons prêts: les ports, les fermiers et toutes les industries seront prêts", a-t-il insisté.