DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Tunisie : premier tour d'une présidentielle incertaine

euronews_icons_loading
Tunisie : premier tour d'une présidentielle incertaine
Taille du texte Aa Aa

C'est une présidentielle au résultat très incertain qui se joue aujourd'hui en Tunisie. Avancé de neuf semaines en raison de la mort fin juillet du président Essebsi, le scrutin voit s'affronter des candidats très différents les uns des autres, mais dont aucun n'a réellement fait la différence.

Fabiano Massimo Castaldo est l'observateur en chef européen de ces élections :"Bien sûr, nous savons que la région ne traverse pas sa période la plus sereine, nous savons qu’il existe de nombreuses tensions à l’intérieur des pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. La Tunisie est un modèle fondamental pour montrer que l’islam et la démocratie ne sont pas incompatibles et peuvent absolument cohabiter dans le même pays, et c’est pourquoi ce modèle doit être protégé ".

Parmi les huit candidats figure le Premier ministre Youssef Chahed, qui peine à défendre le bilan de ses trois ans au gouvernement. Son principal rival, le publicitaire Nabil Karoui, soupçonné de blanchiment d'argent et arrêté fin août, reste pour l'instant en prison et malgré cela pourrait se retrouver au second tour de l'élection.

Si ce samedi était une journée de silence électoral, vendredi soir de nombreux meetings et fêtes politiques ont eu lieu dans Tunis.

Neuf ans après leur révolution démocratique, les Tunisiens voteront en tous cas à nouveau pour les législatives le 6 octobre.