EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Procès de Jean-Luc Mélenchon : le chef de La France Insoumise risque prison, amende et inéligibilité

Procès de Jean-Luc Mélenchon : le chef de La France Insoumise risque prison, amende et inéligibilité
Tous droits réservés FRANCOIS GUILLOT / AFP
Tous droits réservés FRANCOIS GUILLOT / AFP
Par Sandrine Delorme avec AFP, Reuters
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Au tribunal de Bobigny, Jean-Luc Mélenchon et cinq de ses proches comparaissent pour "actes d'intimidation envers un magistrat et un dépositaire de l'autorité publique, rébellion et provocation."

PUBLICITÉ

Près d'un an après la perquisition houleuse au siège de La France insoumise, le procès de Jean-Luc Mélenchon et de cinq de ses proches s'est ouvert ce matin. Ce procès est prévu sur deux jours au tribunal de Bobigny où l'affaire a été dépaysée "dans un souci d'impartialité". Tous comparaissent pour "actes d'intimidation envers un magistrat et un dépositaire de l'autorité publique, rébellion et provocation."

Avant l'ouverture, une cinquantaine de soutiens étaient rassemblés devant le tribunal... Et Jean-Luc Mélenchon, silencieux, a laissé la parole à ses co-prévenus. Mais le discours est toujours le même. Comme à maintes reprises, tous dénoncent un "procès politique", dans lequel ils voient une "instrumentalisation" de la justice.

Le 16 octobre 2018, Jean-Luc Mélenchon s'était opposé avec force à la perquisition du siège de son parti à Paris. Le leader du parti français d'extrême gauche avait filmé en direct sur Facebook cette perquisition et celle de son domicile, opérées dans le cadre de deux enquêtes du parquet de Paris sur les comptes de campagne de la présidentielle de 2017 et sur les assistants parlementaires européens de La France Insoumise.

Les six prévenus encourent jusqu'à 10 ans de prison, une amende de 150 000 euros et 5 ans inéligibilité.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Emmanuel Macron a accepté la démission de Gabriel Attal

No comment : French Cancan devant le Moulin Rouge pour la flamme olympique

France : la canicule désormais considérée comme un motif de chômage technique