Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Hong Kong : les manifestations continuent après une nuit d'affrontements

REUTERS/Susana Vera
REUTERS/Susana Vera
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Des centaines de manifestants, pour la plupart le visage dissimulé, ont défilé dans les rue de Hong-Kong ce samedi après-midi. Ils entendaient ainsi braver l'interdiction de manifester avec un masque, décrétée vendredi par le gouvernement local.

Cette décision a mis le feu aux poudres. Des actions de protestations ont éclaté dans la nuit, les contestataires les plus radicaux saccageant des dizaines de stations de métro, et des commerces prochinois. L'opérateur public des transport en commun a annoncé samedi que le trafic était suspendu sur tout le réseau.

"Le métro de Hong Kong reste fermé après une nuit de violentes manifestation" tweete Reuters Top News.

Carrie Lam : "tout le monde est très inquiet voire même effrayé"

"Bien sûr que ce n'est pas pratique, ce sont les transports en commun. La compagnie de transports doit être impartiale non ? Cela affecte la vie quotidienne des gens, non ?" s’agace M. Chan, résident à Hong Kong.

"Les actes extrêmes commis par les émeutiers sont à l'origine d'une nuit très sombre pour Hong Kong et la société hongkongaise est à moitié paralysée aujourd'hui", "tout le monde est très inquiet voire même effrayé", a déclaré Carrie Lam dans un message vidéo.

Un policier a ouvert le feu

Dans l'arrondissement de Yuen Long, un policier a ouvert le feu lorsque sa voiture a été encerclée par la foule et qu'un cocktail Molotov a explosé à ses pieds, d'après des témoins. Un cas de légitime défense d'après la police. Dans le même quartier, un garçon de 14 ans a été blessé par balle, selon une source médicale, sans pouvoir faire de lien entre les deux événements.

Les autorités hongkongaises ont invoqué des dispositions d'urgence datant de 1922, auxquelles il n'avait plus été recouru ces 52 dernières années, pour interdire vendredi le port du masque lors des manifestations.

Pour Joshua Wong, une figure de proue du combat pour la démocratie, le recours à cette loi "annonce le début de la fin de Hong Kong".