DERNIERE MINUTE

L'indépendance coûte de 9 à 13 ans de prison aux ex-dirigeants catalans

L'indépendance coûte de 9 à 13 ans de prison aux ex-dirigeants catalans
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

C'est une nouvelle blessure pour la cause indépendantiste catalane : neuf des douze anciens dirigeants du gouvernement régional de la Catalogne accusés de "sédition et détournements de fonds publics" ont été condamnés lundi matin par la Cour suprême espagnole à des peines allant de 9 à 13 ans de prison; les trois autres prévenus ont reçu des amendes pour "désobéissance". Ils ont tous été jugés pour avoir proclamé la sécession en 2017 au cours d'un long procès qui a duré de février à juin derniers.

Junqueras paye le prix fort

L'ancien vice-président et chef de file du parti Gauche républicaine de Catalogne, Oriol Junqueras, a payé le plus lourdement, écopant de 13 ans de réclusion. Il était la principale figure de la fronde indépendantiste à comparaître devant la plus haute juridiction d'Espagne, puisque l'ex-président catalan, Carles Puigdemont, s'est réfugié en Belgique. Les juges n'ont toutefois pas suivi la très sévère réquisition du parquet qui réclamait jusqu'à 25 ans d'emprisonnement à l'encontre de Junqueras pour "rébellion".

Parmi les huit autres indépendantistes, dont les peines vont de 9 à 12 ans de détention, figurent deux femmes, l'ancienne présidente du parlement catalan, Carme Forcadell, et une ex-ministre du gouvernement régional, ainsi que les responsables d'influentes associations indépendantistes, Jordi Sanchez pour ANC et Jordi Cuixart pour Omnium Cultural.

Ambiance électrique garantie

Cette décision judiciaire va à coup sûr électriser un peu plus l'atmosphère en Catalogne, surtout que les Espagnols se préparent de nouveau à se rendre aux urnes dans moins d'un mois, soit le 10 novembre prochain pour des élections législatives. A Barcelone, des centaines de militants et sympathisants indépendantistes, en particulier des étudiants, commencent à couper les rues. Une grande manifestation est prévue dans la soirée...

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.