DERNIERE MINUTE

Contestation au Chili : virage social pour le président Sebastián Piñera

Contestation au Chili : virage social pour le président Sebastián Piñera
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Au Chili, la foule dans les rues est toujours aussi dense après 5 jours de contestations.

Des scènes qui ont poussé Sebastián Piñera faire son mea-culpa. Après avoir déclaré que son pays était en guerre, le président a annoncé des mesures sociales comme l'augmentation de 20 % du minimum retraite. Un changement de ton adopté à l'issue d'une réunion avec des partis politiques ce mardi. Des pourparlers auxquels avaient refusé de se joindre le parti socialiste, première force opposition.

Tout a commencé avec la hausse du prix de tickets de métro. Un petit bout de papier derrière lequel se cache une colère qui dure depuis des années.

Prix des études, de la santé, et de la vie en générale, beaucoup de chiliens sont endettés par des crédits à la consommation. Les manifestants dénoncent également des élites politiques déconnectées.

Depuis le début de la contestation, 15 personnes sont mortes et plus de 2600 civils ont été arrêtés.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.