DERNIERE MINUTE

Nirmal Purja "roi de l'Himalaya" : 14 sommets de 8 000 m conquis en 6 mois

Nirmal Purja "roi de l'Himalaya" : 14 sommets de 8 000 m conquis en 6 mois
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Son nom est désormais inscrit au sommet des sommets, alors qu'il y a encore peu de temps, il était presque inconnu dans le club prestigieux des alpinistes de la vitesse. Nirmal Purja, un Népalais de 36 ans (en photo ci-dessous), vient d'être en quelque sorte couronné "roi de l'Himalaya" en établissant un incroyable record : il a conquis les 14 célèbres montagnes qui culminent à plus de 8 000 mètres d'altitude en seulement 6 mois, et 6 jours très exactement.

C'est ce mardi en début de matinée que le nouveau champion des cimes a revendiqué son exploit sur sa page Facebook. Il venait d'atteindre le toit du Shishapangma en Chine, qui atteint 8 027 mètres, le dernier sommet de son marathon sur les hauteurs du massif himalayen. "Mission accomplie !", a alors clamé Nirmal Purja. "Cela a été six mois éreintants mais qui rendent humble, et j'espère avoir prouvé que tout est possible avec un peu de détermination, de confiance en soi et d'esprit positif", a-t-il commenté plus tard dans la journée.

L'Agence France-Presse a réalisé un graphique sur lequel on peut suivre le parcours phénoménal des 14 "8 000" :

Messner et Kukuczka au sommet avant lui

Sa prouesse d'endurance et de vitesse place la barre très haut - c'est le cas de le dire ! - puisque le précédent record ne se comptait pas en mois mais en années. Il avait fallu 7 ans, 11 mois et 14 jours au Polonais Jerzy Kukuczka pour accomplir le même parcours des quatorze sommets de plus de 8 000 mètres. Un autre grand ancien, l'Italien Reinhold Messner (photographié ci-dessous), légende de l'alpinisme au XXe siècle pour avoir été le premier à réussir l'ascension de tous les "8 000", a tiré son chapeau à son confrère népalais, saluant une "réussite unique de l'alpinisme".

Reinhold Messner a aussi déclaré :

Nirmal Purja a réussi à faire ce que certains alpinistes d'Occident avaient déjà annoncé il y a des années mais sans s'y lancer, encore moins y arriver
Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.