DERNIERE MINUTE

Poutine une nouvelle fois à Budapest, la caution réciproque

Poutine une nouvelle fois à Budapest, la caution réciproque
Tous droits réservés
Sergei Chirikov/Pool via REUTERS, 22/10/2019
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Aucune année ne passe depuis 2014 sans que le président russe et son homologue hongrois ne se rencontrent, au moins un fois. C'est un cautionnement réciproque qui va notamment à l'encontre de la politique isolationniste et des sanctions de l'Union européenne prises depuis l'annexion de la Crimée à l'égard de Moscou. Eclairage de l'analyste Dorka Takacsi :

''Une rencontre Poutine-Orban a lieu chaque année. En 2017, ils se sont même rencontrés à deux reprises, ce qui est beaucoup et qui prouve que la Hongrie est en quelque sorte sur-représentée régionalement ou pour son rôle européen. Il y a beaucoup plus de rencontre entre Poutine et Orban que ce qui devrait être compte tenu de la puissance économique hongroise."

Le président russe et les dirigeants européens ont rompu leurs liens depuis la guerre en Ukraine et l'annexion de la Crimée en 2014. Malgré tout, cette nouvelle visite de Vladimir Poutine ce mercredi à Budapest aide le dirigeant russe à rompre son isolement, et cela même si Viktor Orban n'est pas le dirigeant le plus europhile de tous, s'il a lui aussi maille à partir avec la commission européenne.

REUTERS/Bernadett Szabo, 23/10/2019

"Poutine peut en effet ainsi prouver au public russe que la Russie n'est pas vue de la même manière par tous les états membres de l'Union européenne. et il peut démontrer que malgré les événements de 2014, il est toujours le bienvenu dans l'Union européenne. Pour Victor Orban, ces rencontre sont très utiles car elles montrent le rôle de pont que joue la Hongrie entre l'Union européenne et l'Est, c'est-à-dire la Russie", explique encore Dorka Takacsi.

Vladimir Poutine qui a visité Budapest plus qu'aucune autre capitale européenne, vient cette fois-ci renouveler le contrat gazier entre les deux pays, contrat qui doit expirer en 2021.

Viktor Orban, quant à lui, compte renégocier l'accord financier conclu pour l'installation d'une centrale nucléaire russe.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.