En Belgique, 10 000 personnes marchent contre les violences faites aux femmes

En Belgique, 10 000 personnes marchent contre les violences faites aux femmes
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Depuis le début de l'année, 22 femmes ont été tuées par leur conjoint ou leur ex en Belgique.

PUBLICITÉ

L'un après l'autre, les noms des 22 victimes de féminicides cette année en Belgique ont été énumérés pas les militantes féministes. Après les marches françaises et italiennes samedi, plus de 10 000 belges ont défilé dans les rues de Bruxelles ce dimanche, contre les violences faites aux femmes.

Manifestantes et manifestants exigent une véritable action nationale de prévention, davantage de moyens pour les associations, et un meilleur accompagnement des victimes par les différentes institutions, notamment la police. 

"La police doit s'occuper de ces femmes. Si elles disent qu'elles sont suivies par leur ex-partenaire, ils doivent les croire, et pas les envoyer balader. Il faut faire quelque chose", s'est exclamée une manifestante.

Le cortège s'est dirigé vers le Palais de justice, devant lequel ont été déposées plusieurs dizaines de paires de chaussure rouges.

"Les chaussures rouges représentent les femmes assassinées par un homme, donc les victimes de féminicide. Et en Belgique, depuis qu'on compte les féminicides, on avoisine les 100, depuis trois ans", a expliqué Julie Wauters, membre de Mirabal, l'association organisatrice de la marche.

Organisée la veille de la Journée internationale contre les violences faites aux femmes, cette manifestation a réuni deux fois plus de participants que celle de l'année dernière.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Violences faites aux femmes : réunion des 27 à Pampelune sur le consentement

Sénateur français mis en examen: l'accusatrice sort du silence, la pression monte sur Joël Guerriau

Espagne et Italie : les crimes sexuels commis par des mineurs en hausse, mais pourquoi ?