DERNIERE MINUTE

Les taux de concentration de gaz à effet de serre ont explosé en 2018

Pékin
Pékin
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La concentration des gaz à effet de serre (GES) dans l'atmosphère a atteint un nouveau record pour l'année 2018. L'Organisation Météorologique mondiale, à une semaine de la COP25 de Madrid, prévient que malgré les engagements pris par les signataires de l'Accord de Paris, les taux de CO2, de méthane et de NO2 ont augmenté plus fortement que la moyenne annuelle de la dernière décennie.

Petteri Taalas, Secrétaire général de l'OMM :«À l'heure actuelle, nous produisons 85% de l'énergie mondiale à partir de combustibles fossiles (charbon, pétrole et gaz), et seulement 15% à partir d'énergie nucléaire, d'hydroélectricité et d'énergies renouvelables. Et pour réussir dans la mise en oeuvre de l'Accord de Paris, nous devons inverser ces chiffres dans les décennies à venir."

On parle donc bien ici de la concentration de particules, dont certaines peuvent rester dans l'air plus d'une centaine d'années.

S'est opéré ces trente dernières années un glissement du spectre des pays proportionnellement les plus pollueurs des grands ensembles comme l'Europe et les Etats-Unis vers les pays non membres de l'OCDE.

Selon une récente étude de l'ONG américaine Fondation écologique universelle, l'Union Européenne serait la seule des quatre principaux émetteurs de GES à être en passe de remplir, voire dépasser, ses objectifs d'émissions d'ici 2030.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.