EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Le Chili s'enlise dans la violence

Le Chili s'enlise dans la violence
Tous droits réservés REUTERS/Rodrigo Garrido
Tous droits réservés REUTERS/Rodrigo Garrido
Par Julien Pavy avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les scènes d'émeutes se poursuivent au Chili, théâtre depuis plus d'un mois d'une vague de contestation inédite depuis le retour de la démocratie en 1990.

PUBLICITÉ

Les scènes d'émeutes se poursuivent au Chili, théâtre depuis plus d'un mois d'une vague de contestation inédite depuis le retour de la démocratie en 1990.

De graves "violations des droits de l'Homme"

Les manifestants réclament des mesures sociales urgentes et une nouvelle Constitution. Des affrontements entre émeutiers et forces de l’ordre ont à nouveau éclaté mardi dans la capitale Santiago.

Les ONG dénoncent les méthodes de répression brutales de la police, notamment l’utilisation de projectiles spéciaux qui ont entraîné des blessures aux yeux. Un étudiant a totalement perdu l'usage de la vue.

"Les forces de police, qui sont chargées de rétablir et de protéger l'ordre public, commettent de graves violations des droits de l'Homme. Et il prévisible que si des réformes urgentes ne sont pas introduites sur ces pratiques, ces abus vont se poursuivre", souligne Jose Miguel Vivanco, directeur de  Human Rights Watch Amériques.

Un accord sur une nouvelle Constitution

Le 15 novembre dernier, le gouvernement et les partis d'opposition avaient pourtant signé un accord historique en vue de remplacer la Constitution héritée de la dictature d'Augusto Pinochet.

Mais cette entente n'a pas mis fin mis à la colère de la rue qui réclame notamment une augmentation du salaire minimum. Les revendications portent également sur le droit à l'éducation, la santé, ou au logement.

Conséquence de ces manifestations, la capitale Santiago fait face à d'importantes perturbations, le métro ne fonctionnant que partiellement et les centres commerciaux fermant plus tôt leurs portes. La capitale est également le théâtre d'incendies et de pillages.

Cette vague de contestation a fait déjà 23 morts et plus de 2.000 blessés.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La contestation continue au Chili, trois mois après le début du mouvement

Ukraine : selon des ONG, au moins 8 000 personnes sont mortes pendant l'assaut russe à Marioupol

À Belfast, les proches des victimes du conflit nord-irlandais contestent une loi d'amnistie