L’inquiétante disparition du lac Prespa dans les Balkans

L’inquiétante disparition du lac Prespa dans les Balkans
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les riverains de ce lac à la frontière de la Macédoine du Nord, de la Grèce et de l'Albanie, se désespèrent de voir les rives s'éloigner de plus en plus rapidement.

PUBLICITÉ

Nous sommes à 850 mètres d'altitude, en Macédoine du Nord, à la frontière avec la Grèce et l'Albanie, les trois pays frontaliers du Lac Prespa qui rétrécit depuis des années.

Les riverains expliquent que la tendance s'accélère.

"Depuis 2018, le niveau du lac a diminué. Les rives se sont retirées d'au moins 35 à 40 mètres par rapport à leur emplacement initial" dit ainsi un riverain du lac Prespa.

Selon les experts, une conjonction de facteurs explique le retrait progressif du Lac Prespa.

Atanas Ugrinovski, institut hydrométéorologique de Macédoine du Nord : "Le faible niveau du lac Prespa est principalement dû à des facteurs naturels : les volumes des cours d'eau affluents, les faibles précipitations hivernales, la sécheresse, mais aussi à l'augmentation des températures que nous enregistrons ces dernières années."

L'éloignement des rives du lac frappe de plein fouet le développement économique de cette région qui compte sur le tourisme.

Boshko Dimovski est restaurateur : "Il est très peu probable que la région de Prespa se développe dans un avenir proche : le lac se retire rapidement, les terrains son marécageux, les gens partent. Ceux qui viennent ne restent pas longtemps avant de repartir."

Les ONG locales sont inquiètes et appellent à prendre des mesures d'urgence pour empêcher la disparition du lac.

Marija Eftimovska, ONG Ecogerila Prespa : "Il s'agit d'un problème national qui touche toutes les régions riveraines du lac, pour y faire face, une approche globale est nécessaire. Les réunions ne suffisent pas. Il ne s'agit pas de faire des plans d'action ou de mesure progressive, mais de trouver des solutions à ce problème de plus en plus alarmant."

Borjan Jovanovski, Euronews : "Il s'agit ici d'une catastrophe écologique qui ne peut être évitée que par une approche régionale de la coopération entre les trois pays partageant les eaux de ce lac, qui maintenant se retire."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Bosnie-Herzégovine : Milorad Dodik contre une résolution pour commémorer le génocide de Srebrenica

Le principal parti serbe au Kosovo appelle au boycott du recensement du pays

"L'intégration européenne doit se poursuivre", selon le vice-chancelier allemand Robert Habeck