DERNIERE MINUTE

L'alpinisme au sommet : il est entré au patrimoine mondial de l'Unesco cette semaine

L'alpinisme au sommet : il est entré au patrimoine mondial de l'Unesco cette semaine
Taille du texte Aa Aa

Il aura fallu du temps, de l'obstination et de l'entraide pour que "l’art de gravir des sommets et des parois en haute montagne" gagne cette reconnaissance internationale...

Cette semaine, l'alpinisme est entré au patrimoine immatériel mondial de l'UNESCO, et c'est grâce à la France, à l'Italie et à la Suisse qui ont collaboré d'arrache-pieds depuis 2011.

L'alpinisme, pratique tout juste bicentenaire qui tire son nom des Alpes a 10 000 facettes. Pour ses promoteurs, "c'est un style de vie, une pratique physique dotée d'une culture partagée, un art fait de savoirs, de savoir-faire et d'acquisition de connaissances représentative de l'identité alpine".

Obtenir cette reconnaissance de l'UNESCO permettra de sauvegarder l'alpinisme qui est plutôt malmené par le changement climatique...

A l'opposé d'un sport avec règles et compétitions, pour reprendre les mots de Robert Tézenas du Montcel, alpiniste français de l'entre-deux-guerres, l'alpinisme se veut la quête de "ce monde qui n'est pas le nôtre".

Les origines de l'alpinisme

L'Antiquité porte les traces de l'activité de guides et la première corporation dans le Val d'Aoste, en Italie, date du XIIIe siècle. Le Florentin Pétrarque a bien gravi le mont Ventoux, en France, vers 1350, Antoine de Ville, le mont Aiguille en 1492 pour le compte de Charles VII, le naturaliste suisse Gessner, le mont Pilatus en 1555.

Mais l'acte fondateur, si ce n'est l'acte de naissance, reste 1786, avec l'ascension du mont Blanc au départ de Chamonix par une cordée singulière qui porte en elle les valeurs de l'alpinisme: Jacques Balmat, cristallier et pauvre, Michel-Gabriel Paccard, médecin et notable.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.