DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Boris Johnson n'a qu'un objectif le Brexit, et c'est ce qu'il va dire au nouveau parlement

Boris Johnson n'a qu'un objectif le Brexit, et c'est ce qu'il va dire au nouveau parlement
Tous droits réservés
Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved - Thanassis Stavrakis
Taille du texte Aa Aa

A la tête d'une majorité sans précédent pour les conservateurs depuis Margaret Thatcher, Boris Johnson va s'adresser au nouveau parlement aujourd'hui pour exhorter les députés de son parti à réaliser le Brexit.

Ils sont 109 députés conservateurs nouvellement élus, 109 sur les 365 sièges que compte le parlement. Et ce sont eux qui doivent l'aider à sortir le pays de l'Union européenne avant le 31 janvier.

Tous les députés doivent prêter à la chambre des communes. une prise de fonction officielle avant l'élection du speaker qui aura la tâche de conduire les débats souvent très animés sur le Brexit.

Johnson s'est déjà mis au travail hier en remaniant légèrement son gouvernement en attendant un remaniement plus important sans doute une fois le Brexit assuré. Il s'est aussi entretenu avec le président américain Donald Trump et tous deux ont "hâte de poursuivre leur négociation d'un ambitieux accord de libre-échange".

Jeudi, Boris Johnson ou plutôt la reine Elizabeth II, conformément à la tradition, déclinera le programme législatif du gouvernement. Outre l'accent mis sur le Brexit, Boris Johnson doit annoncer une hausse du financement du service national de santé malmené depuis 10 ans par les coupures budgétaires drastiques.

Et puis surtout, vendredi, Boris Johnson doit présenter la loi d'application du Brexit négocié avec Bruxelles. Il s'agira du premier examen du texte par le nouveau Parlement.

L'adoption du texte devrait s'achever après les fêtes, ce qui permettra au Parlement européen de ratifier le texte et de lever les derniers obstacles au divorce, après 47 ans de mariage difficile et trois ans de psychodrame ayant suivi le référendum de 2016.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.