DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Retraites : quels sont les points de la réforme qui concentrent les critiques des syndicats ?

euronews_icons_loading
Laurent Berger et Edouard Philippe
Laurent Berger et Edouard Philippe   -   Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

Les négociations sur la réforme des retraites patinent et jeudi les transports seront encore au ralenti... Retour sur les points du projet qui cristallisent encore les critiques des syndicats.

Premier tour de table pour le premier ministre Edouard Philippe et pas des moindres : avec la CGT, l'un des syndicats les plus hostiles contre la réforme des retraites : la CGT.

Leur demande : un retrait du projet de loi. Menés par Philippe Martinez, la CGT s'oppose au principe du système à points, qui risque d'entraîner selon elle des fluctuations et donc, à terme, de possibles baisses du niveau des pensions.

"Il y avait deux conceptions de la protection sociale qui s'affrontaient : une, individualiste, même si ce n'est pas ce qu'a dit le Premier ministre, et puis la nôtre, qui consiste à améliorer le système actuel, basé sur la solidarité."
Philippe Martinez
Secrétaire général de la CGT

Contrairement à la CGT, la CFDT, premier syndicat réformiste en France, reste en faveur d'un système à points, avec une meilleure prise en compte de la pénibilité.

Les deux syndicats se rejoignent en revanche sur leur opposition à la mise en place d'un âge pivot. Une mesure pour inciter à travailler jusqu'à 64 ans, soit deux ans de plus, afin d'obtenir une retraite à taux plein.

Si vous n'attendez pas l'âge de 64 ans, votre pension écope d'une décote. Si vous allez au-delà de l'âge de 64 ans, c'est un bonus.

Euronews

"Très loin d'un accord"

Selon eux, cette mesure est un calcul financier, qui se fait au détriment des salariés. Pour la CFDT, la ligne rouge a été dépassée.

A sa sortie de Matignon, le numéro 1 du syndicat a affirmé être encore "très, très loin d'un accord" avec le gouvernement, qui laisse malgré tout quelques portes ouvertes.

Ce mercredi, Emmanuel Macron s'est même dit prêt à quelques "améliorations", notamment sur cette question de l'âge pivot.

Objectif : éviter un enlisement de la grève pendant la période des fêtes. Mercredi, le taux de grévistes à la SNCF était en légère baisse.

Mais jeudi, le trafic reste toujours "très perturbé" : comptez en moyenne 4 TGV et TER sur 10 en circulation.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.