DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le manque de transports publics fragilise l'accès aux soins dans l'est de l'Ukraine

Le manque de transports publics fragilise l'accès aux soins dans l'est de l'Ukraine
Tous droits réservés
euronews
Taille du texte Aa Aa

Après quasiment six ans de conflit dans l'est de l'Ukraine, l'accès aux soins reste difficile le long de la ligne de contact dans la région du Donbas. De nombreux personnels soignants ont quitté la région en raison des combats tout comme une grande partie des habitants. Ceux qui sont encore sur place sont pour une bonne part, des personnes âgées qui ont besoin d'une aide médicale.

Dans le village de Zolote-3, nous découvrons pour notre magazine Aid Zone, le travail de la branche espagnole de Médecins du Monde qui avec le soutien du service de l'Union européenne à l'aide humanitaire, travaille à combler le manque de médecins et de médicaments.

"Le système de santé s'est totalement effondré"

Olena Konopkina, représentante de Médicos del Mundo, nous décrit la situation et interpelle sur le manque de transports publics le long de la ligne de contact, dégradant encore l'accès aux soins des habitants.

"Le conflit armé qui a commencé à 2014 a durement mis à mal l'offre de soins dans l'est de l'Ukraine," explique-t-elle. "Le système n'était pas adapté pour répondre aux besoins qui apparaissaient et il s'est totalement effondré," dit-elle.

"Par exemple, les soins de spécialité étaient délivrés dans les zones non contrôlées par le gouvernement, donc ceux qui habitaient en-dehors ne pouvaient plus y avoir accès, mais les services de soins de base ont eux aussi été perturbés," poursuit-elle.

"Des villages coupés de toute liaison de transport public"

"Bien que nous soyons dans la sixième année de ce conflit, les besoins sont toujours là," insiste Olena Konopkina.

"Du fait des combats, un nombre considérable de petits villages sont coupés de tout transport public : il y a des villages dans lesquels nous travaillons qui n'ont aucune liaison de transport, donc ce n'est pas facile pour les habitants d'avoir accès aux services de santé," insiste la représentante de Médicos del Mundo.

"Pénurie de ressources humaines"

"Un autre immense problème, c'est le fait que les gens ont commencé à quitter la zone ; donc de nombreux spécialistes, médecins et infirmières ont décidé de partir," fait-elle remarquer.

"Il y a ainsi une pénurie de ressources humaines : par exemple, dans ce secteur, celui de Popasna, où nous travaillons, le manque de soignants pour les soins de base a grimpé à plus de 50%," souligne-t-elle.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.