DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Face au tourisme de masse, les îles Svalbard prennent des mesures

Face au tourisme de masse, les îles Svalbard prennent des mesures
Tous droits réservés
euronews
Taille du texte Aa Aa

Un désert arctique intact, une faune spéciale, un environnement à la fois robuste et fragile. Depuis quelques années, les îles Svalbard, à l'est du Groenland, sont devenues une destination privilégiée. En 2018, 72 000 personnes étaient venues visiter cet archipel, rattaché à la Norvège depuis 1920. Parallèlement à l’augmentation du nombre de touristes, plusieurs nouvelles entreprises ont vu le jour, offrants des expériences pour les touristes. Mais toutes ne sont pas professionnelles.

Si l'on regarde le nombre de circuits déposés auprès des autorités locales, nous sommes passés à 150 en 2019, mais seulement 35 d'entre eux sont organisés.
Ronny Strømnes
PSG de Visit Svalbard

Aujourd'hui, le gouvernement norvégien souhaite appliquer de nouvelles exigences, plus strictes, pour améliorer la sécurité des touristes et améliorer les circuits et les expériences.

Nous voulons que les gens visitent le Svalbard, et qu'ils puissent continuer à le faire, bien sûr. Mais notre but n'est pas d'amener le plus de touristes possible. Il faut que ce soit un tourisme durable.
Torbjørn Røe Isaksen
Ministre norvégien du commerce et de l'industrie

Des critères seront établis pour que les guides officiels puissent faire visiter l'archipel en toute sécurité. Pour eux, il était grand temps de trouver une solution. Les accidents étant de plus en plus récurrents. En avril 2017, une personne est morte et six autres ont été blessées lorsque plusieurs motoneiges ont traversé la glace à Tempelfjoren. Aucun des guides n’avait vérifié la glace avant le voyage.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.