DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Elisa Ferreira, commissaire européenne : " De l'argent frais pour le pacte vert"

euronews_icons_loading
Elisa Ferreira, commissaire européenne : " De l'argent frais pour le pacte vert"
Tous droits réservés  euronews
Taille du texte Aa Aa

Le nouveau Fonds pour une transition juste est un instrument important prévu dans le cadre du pacte vert pour l'Europe (ou "green deal") : il a été présenté par la Commission européenne comme l'un des volets financiers permettant d'accompagner les Etats membres dans leurs efforts pour mener la transition écologique, l'Union européenne ayant pour objectif de devenir d'ici à 2050, le premier bloc régional climatiquement neutre.

Que signifie ce Fonds pour les citoyens ? Nous en avons parlé le 14 janvier lors de la présentation de ces dispositifs de financement au Parlement européen à Strasbourg, avec la Commissaire européenne en charge de la cohésion et des réformes Elisa Ferreira.

Sasha Vakulina, euronews :

"Le nouveau Fonds pour une transition juste vient d'être présenté. Quelle est l'importance de cet instrument au sein du pacte vert européen et dans le cadre de tous les efforts de l'Union européenne pour aller vers la neutralité carbone ?"

Elisa Ferreira, commissaire européenne en charge de la cohésion et des réformes :

"Je crois que c'est un instrument crucial parce que le pacte vert aura un impact très fort dans certaines régions, c'est clair. Il s'agit des régions qui dépendent totalement ou presque totalement du charbon ou qui ont des industries à fortes émissions de CO2. Et donc, nous avions besoin d'un instrument qui aiderait ces régions à mener cette transition sans qu'elle n'entraîne des coûts économiques et sociaux d'ampleur. Donc le Fonds pour une transition juste et le mécanisme pour une transition juste sont les instruments financiers qui permettront de mettre en œuvre non pas l'ensemble du pacte vert, mais seulement une partie."

Sasha Vakulina :

"Donc, c'est ce qui est nouveau avec ce Fonds : il se concentrera sur les régions dépendantes du charbon."

Elisa Ferreira :

"Oui, il s'agira des régions dépendantes du charbon et d'industries à l'origine de fortes émissions de CO2 et d'autres gaz que nous devons réduire. Donc, l'échelle est régionale. Ce fonds est destiné à faire face à des bouleversements très, très importants dans certaines régions."

Aide "relative" aux régions dépendantes du charbon

Sasha Vakulina :

"Parlons des régions concernées : nous avons d'un côté, la Pologne, pays très dépendant de l'industrie du charbon et de l'autre, l'Allemagne qui en est très dépendante également. Mais évidemment, ces deux pays ne sont pas du tout dans la même situation au niveau du développement économique."

Elisa Ferreira :

"Vous avez tout-à-fait raison. Nous avons décidé de n'exclure aucun pays. Tous les pays ne reçoivent pas le même montant en termes de soutien financier parce qu'il y a un élément qui est présent dans la politique régionale et il s'agit de la prospérité relative. Un pays qui est riche, qui a un niveau de développement très durable et solide est davantage capable de mener cette transition par lui-même qu'un pays qui est extrêmement fragile et confronté en même temps, à de nombreux problèmes de développement. C'est ce que l'on appelle la prospérité relative et on en tient compte quand on calcule le montant qui sera mis à la disposition des différents Etats membres dans cet objectif. Donc aucun pays n'est exclus, mais évidemment, un pays plus pauvre aura proportionnellement plus d'argent pour initier cette transition."

"Un nouvel outil pour de nouveaux problèmes"

Sasha Vakulina :

"Y aura-t-il d'un côté, les Fonds de la politique de cohésion et de l'autre, le Fonds pour une transition juste ?"

Elisa Ferreira :

"Le Fonds pour une transition juste vient en plus d'un point de vue financier. C'est un nouvel outil pour de nouveaux problèmes. Pour autant, il est rattaché à l'enveloppe de la cohésion sociale ou à l'enveloppe du Fonds social européen dont le pays dispose. Alors, comment les Etats membres pourront-ils activer ces financements ? Ils devront examiner la situation de certaines régions et déterminer ce qu'ils veulent y faire. Bien sûr, la sélection des régions donne lieu à un dialogue entre l'Etat membre et la Commission : l'Etat membre sélectionne la région et ensuite, il doit en collaboration avec les acteurs locaux, élaborer un plan de transition et expliquer quels sont les éléments de ce plan. Sur la base de ce plan, il existe une série d'instruments financiers qui aideront l'Etat membre à réaliser cette transition. Et ce sont des fonds de démarrage : c'est - pourrait-on dire - de l'argent frais qui provient de ce Fonds pour une transition juste."

Sasha Vakulina :

"Alors que des centaines de milliers de personnes dans l'industrie du charbon seront aidées et auront droit à du soutien et à des fonds par exemple, pour leur reconversion si leur emploi disparaît, d'autres citoyens pourraient s'inquiéter des conséquences pour eux et d'avoir moins accès à l'argent frais européen."

Elisa Ferreira :

"Mais cet argent frais doit répondre à ces problèmes liées à la transition."

"On ne doit pas oublier les autres besoins des régions"

Sasha Vakulina :

"Au final, les autres citoyens seront-ils lésés ? Devront-ils faire face à de nouvelles dépenses ?"

Elisa Ferreira :

"Aucun Etat membre ne peut allouer la totalité de son fonds régional ou de son fonds social à ces problèmes liées à la transition. Non, il y a une limite qui est fixée et elle est de 20%."

Sasha Vakulina :

"Pourquoi cette limite ?"

Elisa Ferreira :

"Parce que sinon, on oublierait tous les autres besoins de ce pays pour faire face à d'autres difficultés. Il y a des régions qui ont certains problèmes, d'autres qui en ont d'autres, certaines qui sont très loin de tout, certaines qui sont très pauvres : les pays ont d'autres objectifs qu'ils doivent atteindre... Donc, pour cette transition en particulier, on ne peut pas y consacrer plus de 20% de chacun des fonds."

Sasha Vakulina :

"Quelles sont selon vous, les autres priorités et les autres défis de la stratégie européenne de cohésion en dehors des questions environnementales ?"

Elisa Ferreira :

"Eh bien, la stratégie de cohésion a depuis longtemps, ses propres objectifs. Donc il y a des régions à la périphérie qui souffrent de l'émigration, dont la population vieillit. Il y a aussi des problèmes dans les villes : des zones à l'intérieur des villes, voire des grandes villes, qui sont des zones d'exclusion. Donc il existe toute une série de problèmes dont il faut aussi s'occuper. On ne peut pas se concentrer uniquement sur la transition.

Mais, si nous voulons prendre cette question - ce pacte vert - au sérieux - et nous le prenons très, très au sérieux - et que nous devons le mettre en œuvre dans l'Union, alors il faut que l'ensemble du budget européen tienne compte de ces questions environnementales.

Donc la politique de cohésion - qui est menée en fonction du niveau de développement des différentes régions - doit garder à l'esprit cette vision moderne de la cohésion qui intègre la préoccupation environnementale.

Il n'y a pas d'anciennes et de nouvelles politiques. La politique de cohésion sera plus verte, plus numérique et plus inclusive si possible. Elle devra être modernisée et c'est déjà ce que nous faisons."