DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

C'est la première coproduction depuis 70 ans entre l'Albanie et la Russie

euronews_icons_loading
C'est la première coproduction depuis 70 ans entre l'Albanie et la Russie
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

Nous sommes dans le sud de l'Albanie, et c'est dans une forteresse du XIIIème siècle que se tourne un chapitre très peu connu de l'histoire récente européenne.

Le titre provisoire "Gjirokastra", est le nom de la ville dans laquelle se déroule l'histoire.

C'est la première fois depuis 70 ans qu'une coproduction russo-albanaise voit le jour. Une histoire qui touche les deux pays puisqu'elle raconte comment les couples mixtes d'hommes albanais et de femmes russes ont été séparés ou internés, suite à la rupture diplomatique entre Moscou et Tirana...

Nina Kovaleva, productrice russe : "C'est un film sur les années 60, c'est un film historique, on peut le dire avec certitude. Il y a deux pays qui étaient très unis à l'époque, dans les années 60, mais qui ont ensuite connu la rupture de leurs relations. Et je pense que cela a été douloureux pour les deux parties.

Le scénario du film a été co-écrit par le célèbre romancier albanais Ismail Kadaré , souvent préssenti pour le Prix Nobel de Littérature, et fin connaisseur de l'histoire de son pays.

Les troubles ont commencé après que Tirana a rompu ses liens avec Moscou en 1961, et qui, du jour au lendemain, a transformé les jeunes Albanais ayant des épouses d'origine soviétique en traîtres présumés.

Eni Jano , actrice albanaise : "C'est tragique parce que les raisons pour lesquelles ces femmes se sont retrouvées ici (en prison) sont tellement absurdes et étranges, et celles qui n'ont pas fait de compromis avec ce qu'elles pensaient ne pas être juste ont eu les conséquences que nous traitons dans ce film.

Il n'y a pas de données sur le nombre de couples qui ont rejoint les dizaines de milliers d'opposants emprisonnés ou condamnés aux travaux forcés pendant les 40 ans de communisme en Albanie.

Le réalisateur Yuri Arabov décrit le film comme un "hommage à toutes les victimes innocentes des régimes totalitaires".