DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Espagne : dans le delta de l'Èbre, les exploitants durement touchés par Gloria

euronews_icons_loading
Espagne : dans le delta de l'Èbre, les exploitants durement touchés par Gloria
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

Une semaine après le passage de la tempête Gloria en Espagne, la zone du delta de l'Èbre, au sud de la Catalogne, tente encore d'évaluer les dégâts. Depuis des générations, la famille de Joan Ferrer vit de la riziculture. Jamais elle n'avait vu la mer engloutir autant de kilomètres. Ses sept hectares de rizières ont été inondés d'eau salée.

Des rizières englouties

« On ne connaîtra l'impact qu'au moment de la récolte. Jusqu'à ce qu'on sème le riz et qu'on le voie pousser, on ne pourra pas quantifier les dégâts ou dire si tout ira bien », s'inquiète-t-il.

Sa famille tient aussi un gîte près des rizières. Mais cette activité est elle aussi compromise.

« Nous avons eu des annulations à cause de la tempête, et évidemment les annulations de la semaine dernière sont compréhensibles, mais il y aussi eu des annulations pour les prochaines semaines, se lamente Joan. Des gens qui devaient venir pour la Semaine sainte ont commencé à annuler. »

Les cultivateurs ne sont pas les seuls à avoir été affectés par la tempête. Jonathan et Lorenzo font de l'élevage de moules et leur exploitation a été durement touchée.

La myliculture elle aussi affectée

« Cette récolte est perdue. Nous n'aurons pas le temps de la remplacer et les installations ont été détruites », confie Jonathan.

Après inspection des parcs à moules, le constat s'impose…

« Il y a énormément de travail, reconstruire tout ça en mer, ce n'est pas pareil que pour les exploitations agricoles. C'est beaucoup plus cher et laborieux. Ça représente énormément de pertes en termes de récolte et d'installations. »

Reconstruire ces infrastructures pour l'élevage des moules peut coûter 70 000 euros, or Jonathan estime avoir perdu 50 000 kilos de moules ; quelque 60 000 euros de marchandise. Mais Gloria n'est pas la seule en cause.

Un phénomène lié au changement climatique

_« Ça fait des années que le delta connaît une régression à cause de la perte de sédiments et de la montée du niveau de la mer qui est causée par la fonte des glaces », explique-t-il.
_

« Je me souviens être allé manifester à Bruxelles pour alerter sur le problème des sédiments parce que le fleuve n'apporte plus les sédiments nécessaires, renchérit Joan, le riziculteur. Avec le changement climatique, chaque année, le niveau de l'eau monte et la mer gagne du terrain dans le delta. »

Ici, l'espoir est que les dégâts causés par la tempête servent d'électrochoc et que les autorités tentent de combattre le phénomène insidieux de la montée des eaux.