EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Brexit : Londres va devoir rassembler un royaume désuni

Brexit : Londres va devoir rassembler un royaume désuni
Tous droits réservés Scott Heppell ASSOCIATED PRESSSCOTT HEPPELL
Tous droits réservés Scott Heppell ASSOCIATED PRESS
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Brexit consommé, le Royaume-Uni commence samedi sa nouvelle vie hors de l'Union européenne avec pour principaux défis de se rassembler après des années de déchirements notamment en Écosse où des manifestants pro-UE ont brandi samedi des drapeaux européens et écossais.

PUBLICITÉ

Des drapeaux écossais et européens ont été brandis samedi 1er février à Édimbourg en Écosse par des centaines de manifestants pour dénoncer la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE). Face à eux, un petit groupe était présent pour se réjouir, au contraire, du Brexit et clamer leur amour pour "l'indépendance britannique" vis-à-vis de Bruxelles.

Aujourd'hui une partie des Écossais rêve d'indépendance, de quitter le Royaume-Uni et de retrouver le giron européen.

En ce premier jour hors de l'Union européenne, Londres sait qu'il va lui falloir rassembler un royaume désuni. A Belfast, capitale de la province britannique d'Irlande du Nord, la vie poursuit son cours après la rupture historique avec l'UE. Ce territoire est pourtant en première ligne en raison de sa frontière terrestre avec la République d'Irlande qui elle fait partie de l'Union européenne.

"Ça fait du bien que tout ça soit fini, mais ils vont probablement avoir des problèmes pour régler la question de la frontière... en haut de la mer d'Irlande. Mais nous allons trouver un moyen de régler ça", explique Thomas Glover, un retraité.

L'Union européenne et le Royaume-Uni souhaitent éviter le retour d’une frontière politique "dure" entre les deux Irlandes pour préserver notamment l'accord de paix de 1998.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

"Brexit is done!" : le Royaume-Uni, entre joie et tristesse

A Bruxelles, bye bye à l'Union Jack

Brexit : une facture jugée trop salée