DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Législations, objectifs, coût : état des lieux de la PMA pour toutes en Europe

euronews_icons_loading
Législations, objectifs, coût : état des lieux de la PMA pour toutes en Europe
Tous droits réservés
Euronews
Taille du texte Aa Aa

Alors que l'ensemble du projet de loi bioéthique, qui prévoit l’ouverture de la Procréation Médicalement Assistée (PMA) aux femmes célibataires et aux couples de femmes, doit être soumis au vote des sénateurs en France ce mardi, Euronews fait le point sur les législations dans les autres pays d’Europe.

Quels sont les pays qui autorisent la PMA pour toutes les femmes ? Quels sont ceux qui l’autorisent partiellement ? Entre natalité et égalité des droits, les objectifs divergent. Les coûts d’une PMA, aussi, d’un pays à l’autre. Tous les détails en chiffres et en images dans la vidéo ci-dessus.

Pour l’heure, en France, la PMA est seulement autorisée pour les couples hétérosexuels. Et 1 enfant sur 30 naît actuellement en France via procréation médicalement assistée selon l'Institut national d'études démographiques (INED), soit par fécondation in vitro soit par insémination artificielle.

L'INED prévoyait que le nombre de naissances par FIV en France depuis les années 80 atteindrait 400 000 enfants fin 2019.

Avec ce projet de loi, la France compte donc étendre la PMA aux femmes célibataires et aux couples de femmes.

26 pays d’Europe autorisent aujourd'hui les femmes célibataires à réaliser une PMA, selon les chiffres de l'ILGA Europe (International Lesbian, Gay, Bisexual, Trans and Intersex Association). Parmi eux figurent, entre autres : l'Islande, l'Irlande, le Royaume-Uni, l'Espagne, le Portugal, les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg, la Suède, la Finlande, et des pays d'Europe de l'Est comme la Hongrie, la Biélorussie, l'Estonie, la Lettonie, la Croatie, la Bulgarie, mais aussi la Russie.

La PMA est en effet un des outils utilisés dans le cadre de politiques natalistes pour tenter de conjurer le déclin démographique dans certains pays d'Europe de l'est. En Hongrie et en Ukraine notamment, le nombre de naissances annuel a diminué au cours des années 2010. Et la Russie continue à avoir du mal à enrayer le déclin de sa population, entamé à la fin de l'ère soviétique.

Ils sont en revanche une dizaine de pays seulement à avoir ouvert la PMA aux couples de femmes : l'Islande, l'Irlande, le Royaume-Uni, l'Espagne, le Portugal, les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg, le Danemark, la Suède, la Finlande, la Norvège, l'Autriche et Malte.

Euronews

Quel coûts d'un pays à l'autre ?

Beaucoup de couples lesbiens français ou de femmes célibataires se rendent donc à l’étranger depuis des années pour réaliser une PMA. Et les prix varient d'un pays à l'autre.

En Russie, comptez minimum 1 500 euros en moyenne pour une fécondation in vitro, tandis qu’une insémination artificielle coûte environ 600€ minimum. Il s'agit d'une fourchette car les prix varient d'une clinique et d'une technique à une autre.

En Espagne ou au Portugal, les prix sont un peu plus élevés : minimum 4000 euros en moyenne pour une fécondation in vitro.

En France, les frais liés à la PMA sont intégralement pris en charge par la Sécurité sociale. Avec un nombre de tentatives limité.

Mais en première lecture, les sénateurs ont choisi, contre l’avis du gouvernement, de limiter le remboursement sur un critère médical : l'infertilité. Ce qui exclut de facto les couples de femmes et les femmes seules.

Mais c’est l’Assemblée nationale, dominée par la majorité La République en Marche, qui aura le dernier mot.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.