DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Au Luxembourg, le glyphosate est en passe d'être banni

euronews_icons_loading
Au Luxembourg, le glyphosate est en passe d'être banni
Tous droits réservés
AP
Taille du texte Aa Aa

En finir avec le glyphosate… Les écologistes en rêvent, le Luxembourg est en passe de le faire. Il est même le premier pays européen à franchir le pas. La première phase vient d'être lancée avec le retrait de l'autorisation de mise sur le marché de l'herbicide. Au 31 décembre, plus une goutte de glyphosate ne devra être déversée dans les exploitations agricoles. Les défenseurs de l'environnement s'en félicitent.

« Nous avons assez d’alternatives pour remplacer les pesticides, assure Martin Dermine, de l'ONG Pesticide Action Network Europe. Dans l'Union européenne, les États membres ont la possibilité d'interdire les pesticides pour des raisons sanitaires et environnementales, mais jusqu'ici cela a été très rarement le cas. Donc le fait que le Luxembourg ouvre la voie, qu'il utilise l'argent de la Politique agricole commune pour soutenir les agriculteurs qui s'engagent dans une transition vers une agriculture sans pesticides, c'est un très bon signal que les autres États membres devraient suivre. »

L'Union européenne n'est pas aussi pressée. Il y a trois ans, elle a renouvelé l'autorisation du glyphosate jusqu'à la fin 2022. Et si certains pays comme la Belgique ont commencé à agir localement, le secteur agricole reste globalement très dépendant des pesticides. C'est tout particulièrement le cas de la France où leur usage s'est même intensifié depuis 2009.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.