DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : l'OMS lance un appel de fonds de 675 millions de dollars

euronews_icons_loading
Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l'OMS.
Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l'OMS.   -   Tous droits réservés  Salvatore Di Nolfi, AP
Taille du texte Aa Aa

La télévision chinoise l’a affirmé. Des chercheurs de la province du Zhejiang auraient mis au point un traitement efficace pour les personnes contaminées par le coronavirus. Un chercheur britannique affirme, lui aussi, avoir réussi une percée significative en vue de mettre au point un vaccin. L'OMS dément. "Il n’existe aucune thérapie efficace contre ce coronavirus", dit-elle. Et l’organisation de lancer un appel de fonds de 675 millions de dollars pour combattre l’épidémie ces trois prochains mois.

"Soixantemillions de dollars sont destinés à financer les opérations de l'OMS et le reste est destiné aux pays qui sont particulièrement menacés par le virus. 675 millions de dollars, c'est beaucoup d'argent, mais c'est beaucoup moins que la facture que nous devrons payer si nous n'investissons pas dans la préparation dès maintenant", a précisé le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l'OMS.

Les mesures de confinement et les restrictions ont été étendues à travers la Chine et à l'étranger pour endiguer l'épidémie de pneumonie virale qui a déjà fait plus de 560 morts. Dans le port de Hong Kong, 1 800 personnes ont passé des tests médicaux, après trois cas de coronavirus détectés parmi les passagers d'un bateau. Et puis au Japon, 3 700 personnes sont maintenus en quarantaine et ce ne sont plus désormais 10, mais 20 cas avérés de contamination qui ont été identifiés. Ces 20 personnes sont toutes soignées à terre.

"Ce n'est qu'une croisière prolongée de deux semaines, mais ce ne sera pas une croisière de luxe, ce sera comme une prison flottante. Nous aurons le temps de laisser vagabonder notre esprit. Nous pouvons avoir soit des pensées créatives et positives, soit broyer du noir. Et ça, c’est hors de question pour ma part", dit un passager.

Certains pays musclent leurs mesures face à l'épidémie. L'Italie par exemple a commencé à contrôler dans ses aéroports, à l'aide de caméras thermiques, la température de tous les passagers en provenance de l'étranger. L'Autriche fera de même dès ce jeudi à l'aéroport de Vienne sur les passagers des vols directs en provenance de Pékin.