PUBLICITÉ

Scandale politique en Thuringe : l'alliance avec l'extrême-droite abandonnée

Scandale politique en Thuringe : l'alliance avec l'extrême-droite abandonnée
Tous droits réservés Martin Schutt/dpa via AP
Tous droits réservés Martin Schutt/dpa via AP
Par Julien Pavy avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le nouveau président libéral de l’État de Thuringe, en Allemagne, appelle à de nouvelles élections après le tollé suscité par son alliance avec l'AFD, le parti d'extrême-droite.

PUBLICITÉ

Face aux tollé, il renonce. Thomas Kemmerich, le nouveau ministre-président de l’État fédéral de Thuringe en Allemagne, élu grâce aux voix de l'extrême-droite, a annoncé la dissolution du Parlement régional et de nouvelles élections.

Une alliance avec l'AFD "n'existera pas"

Son alliance avec l'AFD, le parti anti-migrants, et les conservateurs de la CDU était vivement critiquée.

Nous voulons de nouvelles élections afin d'éliminer la stigmatisation du soutien de l'AFD au gouvernement régional. Les démocrates ont besoin de majorités démocratiques (...) Les démocrates libres vont continuer à lutter pour un changement de politique et contre les extrêmes, de droite et de gauche. Une coopération avec l'AFD n'a pas existé, elle n'existe pas et n'existera pas.
Thomas Kemmerich
Ministre-président de Thuringe

Vote de confiance au FDP

L'alliance controversée au Parlement de Thuringe a éclaboussé l'ensemble du parti libéral FDP. Éclaboussé par le scandale, le dirigeant national de cette formation politique, Christian Lindner, veut s'assurer que la confiance des militants envers le comité exécutif demeure intacte. Un vote aura lieu ce vendredi, a-t-il annoncé.

Merkel : une alliance "impardonnable"

L'élection en Thuringe a entraîné des manifestations spontanées contre une alliance politique jugée opportuniste et pour faire barrage au fascisme.

Cette région de l'ex-RDA était dirigée jusqu'à présent par la Gauche, battue d'une courte tête par cette majorité surprise entre le FDP, l'AFD et la CDU.

Jamais depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, un parti politique traditionnel allemand n'avait fait alliance avec l'extrême-droite. Un acte "impardonnable", selon les mots très fermes d'Angela Merkel. En déplacement en Afrique du Sud, la chancelière allemande s'était prononcée pour l'annulation du résultat.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Après le scandale en Thuringe, Hambourg élit son Parlement

Espionnage pour le compte de la Chine: arrestations en Allemagne et Royaume Uni

Cologne : évacuation d'urgence après la découverte d'une bombe de 500 kg