DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Retraites en France : quels sont les points de blocage après deux mois et demi de mobilisation ?

euronews_icons_loading
Manifestation contre les retraites à Lyon, le 20 février 2020
Manifestation contre les retraites à Lyon, le 20 février 2020   -   Tous droits réservés  Jeff Pachoud, AFP
Taille du texte Aa Aa

Dixième journée de grande manifestation en France contre la réforme des retraites. Après deux mois et demi de mobilisation, les syndicats tentent de rassembler, alors que l'examen du projet de loi a commencé à l'Assemblée nationale.

Si sur la forme, la mobilisation s'est essoufflée ces dernières semaines, sur le fond rien n'a changé.

Pour les syndicats contestataires, le projet de créer un système universel avec une nouvelle méthode de calcul des pensions vue comme moins avantageuse, ne fera qu'abaisser le niveau général des retraites.

"Cela a un intérêt (de manifester) parce que le constat est quand même qu'il y a de moins en moins de soutien à ce projet de système universel de retraite par points, porté par le gouvernement", avance Yves Veyrier, Secrétaire général de Force Ouvrière (FO).

"Alors certes, on entend les élus de la majorité à l'Assemblée nationale soutenir ce projet du gouvernement, mais ce que je constate malheureusement, c'est que j'entends à nouveau ressasser les mêmes formules très générales sur le fait que ce projet apporterait des améliorations, que ce sera mieux demain. Mais personne n'est capable de nous dire concrètement en quoi ce sera mieux demain", a-t-il ajouté.

"Obstruction"

Pendant ce temps à l'Assemblée nationale, où le parti du président Emmanuel Macron est majoritaire, les débats s'enlisent, plus de 41 000 amendements ayant été présentés.

La majorité est issue des rangs de la France Insoumise, le parti de l'ex-candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon, mais aussi des rangs des communistes. Le gouvernement accuse l'opposition d'"obstruction parlementaire".

Les désaccords portent aussi sur le financement du système des retraites. Comment parvenir à un équilibre à long terme ? Le gouvernement a avancé cette semaine que le déficit cumulé entre 2018 et 2030 pourrait atteindre 113 milliards d'euros.

Mais pour la CGT, les sources de financement sont ailleurs. "On pense qu'on pourrait supprimer les exonérations de cotisations sociales et fiscales aux entreprises.
On pourrait aussi augmenter les salaires des femmes pour les mettre au même niveau que ceux des hommes, ce qui pourrait dégager des cotisations supplémentaires.
On peut aussi augmenter un petit peu les cotisations des salariés et des entreprises, mais pour l'heure, ces propositions n'ont fait, auprès du gouvernement, l'objet d'aucune discussion"
, détaille Boris Plazzi, de la CGT Métallurgie au micro d'euronews.

Le gouvernement n'aura en tout cas pas les avocats de son côté pour le défendre. Ces derniers ont de nouveau manifesté ce jeudi, à Paris notamment. Ils craignent que la disparition de leur régime autonome au profit du régime universel entraîne un doublement de leurs cotisations.