EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Coronavirus : Nouveaux cas, nouvelles régions infectées en Italie, l'OMS s'inquiète

Coronavirus : Nouveaux cas, nouvelles régions infectées en Italie, l'OMS s'inquiète
Tous droits réservés Euronews
Tous droits réservés Euronews
Par euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les autorités italiennes disent avoir le contrôle de la situation mais les nouveaux cas de la maladie se multiplient en Italie.

PUBLICITÉ

Italie, sud-est de Milan, en pleine "zone rouge" du coronavirus. Les checkpoints se multiplient, on en compte désormais 35 dans la région.

Les autorités italiennes disent avoir le contrôle de la situation mais les nouveaux cas de la maladie se multiplient en Italie. Trois nouvelles infections sont rapportées en Toscane et en Sicile, ce qui porte le bilan national à 283 cas et sept décès, à chaque fois des personnes affaiblies ou âgées. Les deux régions les plus touchées restent la Lombardie et la Vénétie.

Giuseppe Conte, Premier ministre italien : "Nous mettons en place les mesures de sécurité les plus strictes, c'est pourquoi nous sommes à peu près sûrs que grâce à notre excellent système de santé et à ces mesures d'une rigueur maximale, nous allons être en mesure de limiter la diffusion du virus dans les prochains jours".

Une "augmentation soudaine" des cas qui inquiète au plus haut point l'OMS, qui parlait ce lundi de risque de pandémie. Et si l'ambiance est extrêmement morose en italie, comme à Milan, de Chine, foyer de l'épidémie, les nouvelles sont plutôt encourageantes : L'OMS constate que la maladie y a atteint "un pic, suivi d'un plateau, entre le 23 janvier et le 2 février, et qu'elle n'a cessé de décliner depuis lors".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Coronavirus : la ville de Milan tourne au ralenti depuis dimanche

L'un des principaux hôpitaux de Gaza reprend en partie ses activités

L'OMS fournit toujours de l'aide aux hôpitaux de Gaza