DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Un village suisse risque dix ans d'exil à cause d'un dépôt de munitions

euronews_icons_loading
Un village suisse risque dix ans d'exil à cause d'un dépôt de munitions
Tous droits réservés  Photo : capture d'écran du village de Mitholz (Euronews)
Taille du texte Aa Aa

Les habitants d'un village suisse viennent d'apprendre qu'ils risquaient d'avoir à quitter leur localité pour dix ans au moins, le temps de nettoyer un dépôt de munitions désaffecté datant de la Seconde Guerre mondiale.

L'ancien dépôt de Mitholz, dans le canton de Berne, qui contient 3 500 tonnes de munitions, s'est en partie effondré et de nombreux explosifs sont enfouis sous des roches.

Le site avait partiellement explosé en 1947, tuant neuf personnes, mais le risque d'une deuxième déflagration a été sous-estimé pendant des décennies.

Le ministère de la défense, qui a lancé cette semaine une consultation auprès de la population, estime que le risque est désormais inacceptable et qu'une évacuation prolongée serait la meilleure solution.

"Les travaux de déblaiement ont des répercussions sur la population concernée et sur les voies d'accès", affirme le ministère dans un communiqué. "En l'état actuel des connaissances, il faut s'attendre à ce que la période d'éloignement des habitants puisse même dépasser dix ans en fonction de l'évolution du chantier", poursuit le texte.

Des axes routiers voisins devront être aménagés ou déviés, et une voie de chemin de fer protégée par des ouvrages spéciaux.

La consultation de la population de quelques centaines de personnes est prévue au moins jusqu'au 17 avril. Si l'évacuation s'avère trop problématique, les autorités pourraient recourir à un recouvrement du dépôt avec des roches, ce qui réduirait les risques de manière significative.

Le ministère de la défense indique par ailleurs sur son site internet que des milliers de tonnes de munitions inutilisées ont également été jetées dans les lacs suisses pour s'en débarrasser, mais le risque de les voir exploser est "pratiquement exclu".