DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : quelles sont les mesures prises par les dirigeants des Vingt-Sept ?

euronews_icons_loading
Coronavirus : quelles sont les mesures prises par les dirigeants des Vingt-Sept ?
Tous droits réservés  Stephanie Lecocq/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Les dirigeants des 27 pays de l'Union européenne se sont entretenus par vidéoconférence sur la crise du coronavirus mardi soir. Bruxelles prend des mesures d'urgence et compte mobiliser à terme 25 milliards d'euros.

Pas de distance réglementaire d'au moins 1 mètre entre les dirigeants des pays de l'Union européenne, mais un écran qui les sépare. C'est par vidéoconférence que les 27 pays membres de l'Union européenne se sont entretenus en urgence sur la crise du coronavirus mardi soir.

Le maître mot de la réaction des 27 : coordination, pour tenter de contenir la propagation du virus et limiter les conséquences sur les économies nationales. Depuis Paris, le président français Emmanuel Macron a souhaité que la "contrainte budgétaire" ne soit "pas un rempart" à des mesures de soutien de l'économie.

Quelles mesures concrètes ?

Il semble avoir été entendu. La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a annoncé la mise en place d'un "fonds d'investissement".

"Cet outil sera important et atteindra rapidement 25 milliards d'euros", a-t-elle détaillé. "Pour ce faire, je proposerai cette semaine au Conseil européen et au Parlement de débloquer 7,5 milliards d'euros. Je vais créer un groupe de travail afin de garantir que les fonds sont distribués dans les semaines à venir", a-t-elle ajouté.

Je proposerai cette semaine au Conseil européen et au Parlement de débloquer 7,5 milliards d'euros.
Ursula von der Leyen
Présidente de la Commission européenne

Les Vingt-Sept se sont mis d'accord sur plusieurs priorités : limiter la propagation du covid-19 au maximum donc, mais aussi prévenir tout risque de rupture de stocks de masques, certains pays se plaignant de ne plus en avoir assez.

"Des mesures proportionnées"

Autres objectifs fixés : l'approfondissement de la recherche d'un vaccin et la prise de mesures de soutien de l'économie, car dans certains pays, plusieurs dixièmes de points de PIB sont parfois en jeu.

"Les États membres ont convenu que la santé de nos concitoyens est la première priorité et que les mesures devraient être fondées sur des avis scientifiques et médicaux", a assuré Charles Michel, président du Conseil européen. "Ces mesures doivent être proportionnées afin qu'elles n'aient pas de conséquences excessives pour notre société dans son ensemble."

La nécessité de coordination ne semblait pas de trop. Jusqu'à présent, des pays sont allés plus loin que d'autres : l'Italie, pays le plus touché, est entièrement sous cloche, tandis que la France a choisi de prendre des mesures de confinement plus localisées, notamment dans les foyers les plus touchés, et d'interdire les rassemblements de plus de 1000 personnes.