DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La Nouvelle-Zélande contrainte d'annuler l'hommage aux victimes de Christchurch

euronews_icons_loading
New Zealand Mosque Shooting Memorial
New Zealand Mosque Shooting Memorial   -   Tous droits réservés  Mark Baker/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Un an après un massacre traumatisant, une peur diffuse. La Nouvelle-Zélande a annulé l'hommage national aux victimes de l'attaque de Christchurch en raison des craintes liées au coronavirus. Un Australien suprémaciste blanc avait ouvert le feu sur deux mosquées, tuant 51 personnes. La communauté musulmane comprend la décision des autorités.

"Bien sûr, contrôler cela, en particulier avec un tel événement, un tel rassemblement, c'est très dur, reconnaît Malik Bennabi, un fidèle de 37 ans. C'est pourquoi nous nous réjouissons de cette décision et nous nous souvenons de nos frères, de nos amis qui ont été tués ici."

Le port des armes est désormais mieux contrôlé. Mais la Première ministre Jacinda Arderne a reconnu qu'il reste encore beaucoup à faire pour combattre les suprémacistes blancs. "Le 15 mars est une date pour la sécurité des personnes, que ce soit en pensant à la violence qui a éclaté il y a un an ou à ce virus qui balaie le monde aujourd'hui" a déclaré Megan Woods, la ministre du logement.

Face au Covid-19, le gouvernement a décidé de fermer les frontières. Toutes les personnes arrivant de l'étranger et posant le pied en Nouvelle-Zélande, y compris ses ressortissants, sont désormais confinés pour quatorze jours.