DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : interdiction en France d’accéder aux plages et aux montagnes

Barrière interdisant l'accès à une plage de l'île de Ré, dans le département français de Charente-Maritime, le 18 mars 2020.
Barrière interdisant l'accès à une plage de l'île de Ré, dans le département français de Charente-Maritime, le 18 mars 2020.   -   Tous droits réservés  XAVIER LEOTY/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

Ce n'est pas encore une mesure généralisée. Mais face à la situation, un nombre croissant d'autorités locales françaises mettent en place des dispositifs pour empêcher l'accès aux plages du littoral et aux massifs montagneux. Car malgré les mesures de confinement obligatoire, de nombreuses personnes n'ont en effet pu résister à l'appel du sable et des embruns ou des cimes.

Dans le Morbihan, dans l'ouest de la France, le préfet a interdit par arrêté l'accès aux plages et sentiers côtiers de ce département breton abritant un des premiers foyers de coronavirus.

L'arrêté préfectoral, daté du 18 mars, fait état de la "présence importante de personnes (promeneurs à pied ou à vélos, sportifs) sur la côte du Morbihan (...) laquelle génère un risque de diffusion du virus par des rassemblements de personnes y compris en petits groupes".

La préfecture interdit en conséquence l'accès aux plages, aux sentiers côtiers et aux cales de mise à l'eau des bateaux jusqu'au 31 mars 2020 "à l'exception des professionnels dont l'activité nécessite un accès à ces lieux".

Plusieurs stations balnéaires, face à l'afflux de promeneurs, ont décidé dès mercredi de fermer les accès à leur plage pour faire respecter les consignes de lutte contre la propagation du coronavirus.

Ainsi sur la côte atlantique, les villes de La Baule-Escoublac et Pornichet ont décidé d'un commun accord de fermer les accès à leurs plages en installant des barrières. La mesure sera en vigueur jusqu'au 31 mars.

Déjà mardi, dans un autre département breton, le Finistère, les autorités avaient tapé du poing sur la table, relevant après le début du confinement "une très grande fréquentation des plages finistériennes".

"Les forces de l’ordre les ont sanctionnées d’une contravention", précise dans un communiqué la préfecture du Finistère qui rappelle : "une promenade à pied ou une sortie en bateau ne sauraient constituer une exception au confinement au motif de la pratique de l’exercice physique".

La violation des mesures de confinement est passible de 135€ d'amende forfaitaire et 375€ en cas de majoration.

Surf interdit

La préfecture maritime de l'Atlantique a aussi rappelé mercredi l'interdiction des sorties en mer sauf pour les navires professionnels, soulignant dans un communiqué que "toutes les activités nautiques, quelles qu’elles soient, sont interdites", notamment la plaisance ou la planche à voile.

Les autorités du département des Pyrénées-Atlantiques ont, elles, rappelé à l'ordre mercredi les surfeurs qui ont bravé les consignes de confinement contre le coronavirus en allant surfer sur la côte atlantique. Plusieurs communes ont pris ainsi la décision de fermer l'accès au littoral.

La Fédération française de surf avait également passé le message ces derniers jours. Compétitions annulées, clubs fermés, appel à rester chez soi : "Chaque surfeur est un citoyen comme les autres et il doit respecter les consignes".

L'accès aux montagnes également interdit

Dans les massifs français, notamment dans les Alpes, où de nombreuses interventions des services de secours (pelotons de gendarmerie de haute montagne ou PGHM) ont eu lieu le week-end dernier, les autorités interdisent formellement les sorties en montagne. Des arrêtés n'ont pas encore été pris, mais randonnée, ski de randonnée et alpinisme sont donc à proscrire.

La préfecture de Haute-Savoie nous a ainsi confirmé ce jeudi que des contrôles avait été effectués dans les domaines de Chamonix et de Sallanches, dans le massif du Mont-Blanc. Les contrevenants seront verbalisés au même titre que les promeneurs sur les plages.

Bonjour à tous, Le ciel est bleu, la neige est là et les montagnes sont belles. Grande est la tentation de faire un...

Publiée par PGHM Chamonix Mont-Blanc sur Lundi 16 mars 2020

Si l'objectif du confinement est de juguler au maximum tout risque de contagion, le but de ces contrôles et restrictions en montagne, nous a précisé la préfecture de Haute-Savoie, est de permettre aux hôpitaux et aux secours de se consacrer pleinement à la lutte contre le Covid-19.