Agriculture : l'Allemagne autorise 40 000 saisonniers à travailler dans ses champs

Virus Outbreak California Farmers
Virus Outbreak California Farmers Tous droits réservés Rich Pedroncelli/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'Allemagne autorise 40 000 saisonniers d'Europe de l'Est à travailler dans ses champs. En Italie, les fermiers craignent des pertes colossales.

PUBLICITÉ

Face à une éventuelle catastrophe agricole, l'Allemagne a autorisé 40 000 travailleurs saisonniers, principalement d'Europe de l'Est, à entrer sur le territoire pour travailler dans ses exploitations.

Ils voyageront en Allemagne exclusivement par avion et le gouvernement garantit que les travailleurs seront soumis à des règles strictes d'entrée et d'hygiène pour éviter la propagation du Covid-19.

"Nous devons combiner la protection de la santé et la sécurité des cultures, et nous avons réussi à le faire aujourd'hui. Il existe des règles strictes pour la protection de la santé de la population et ces règles seront respectées" a annoncé Julia Kloeckner, ministre allemande de l'agriculture.

Chaque année, environ 300 000 travailleurs saisonniers se rendent en Allemagne pour participer aux récoltes des fraises ou des asperges. La fermeture des frontières en raison de la pandémie de coronavirus met également en danger les cultures dans le sud de l'Italie. Avant l'épidémie, environ 100 000 personnes travaillaient sous les serres et dans les champs aujourd'hui déserts dans la région des Pouilles.

"Ici, il y avait au moins deux ou trois personnes dans chaque serre pour cultiver et récolter les champignons" se plaint un agriculteur dans une serre vide. "Certaines personnes ont peur, d'autres ont l'interdiction de se déplacer. Nous manquons de travailleurs, nous sommes en grande difficulté."

Sans travailleurs, les champignons pourrissent et sont jetés dans les champs pour devenir des engrais pour la culture des fèves et des pois. Les syndicats d'agriculteurs estiment que les fruits, les légumes et les fleurs qui pourrissent dans la région des Pouilles représenteront un manque à gagner d'un demi milliard d'euros.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Qu'est-ce qui explique le problème du vieillissement de l'Italie ?

Allemagne : une réfugiée ukrainienne publie un livre pour enfants

Quatre blessés après une attaque au couteau en Allemagne