DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus aux Etats-Unis : "Un moment comme Pearl Harbor" mais dans tout le pays

euronews_icons_loading
Des membres de la Garde nationale dans New York le 5 avril 2020
Des membres de la Garde nationale dans New York le 5 avril 2020   -   Tous droits réservés  Bryan R. Smith / AFP
Taille du texte Aa Aa

Le président des Etats-Unis, son principal conseiller sur l'évolution du nouveau coronavirus, le chef des services nationaux de santé publique, pas une seule de ces personnalités ne veut cacher la vérité aux Américains, et chacune à sa manière a employé des expressions dures pour qualifier la semaine qui débute. Elle sera l'une des plus éprouvantes de l'histoire du pays.

Les derniers bilans décrivent la gravité de la situation : plus de 1 200 Américains sont morts des suites du Covid-19 au cours des dernières 24 heures, c'est l'une des hausses quotidiennes les plus fortes au niveau mondial; elle fait grimper le nombre total des décès à 9 633, la barre des 10 000 devrait être passée dans la journée; pour ce qui est des contaminations, l'université Johns Hopkins fait état désormais de 337 646 cas aux Etats-Unis.

"Comme Pearl Harbor, comme le 11 septembre"

L'administrateur fédéral des services de santé publique, Jerome Adams, a utilisé la formule la plus dramatique pour annoncer à la population ce qui l'attendait :

La semaine (...) sera un moment comme Pearl Harbor, comme le 11 septembre, sauf que ce ne sera pas localisé, ce sera dans tout le pays

L'éminent épidémiologiste Anthony Fauci, qui suit de près la propagation du coronavirus afin d'orienter l'administration Trump, n'a pas été plus rassurant, au regard de ce qu'il a appelé "l'escalade" de la mortalité. Le directeur de l'Institut national des maladies infectieuses a carrément avoué que les autorités sanitaires avaient "du mal à contrôler" la pandémie.

Eric BARADAT / AFP
Donald Trump lors du point quotidien sur le coronavirus à la Maison Blanche, le 5 avril 2020Eric BARADAT / AFP

Quant à Donald Trump, il n'a pas pu faire autrement que de préparer ses concitoyens au pire. Le président américain a déclaré :

Nous savons tous que nous devons atteindre un certain seuil, qui va être horrible en terme de morts, pour que les choses commencent à changer

New York en plein stress

L'Etat de New York, au coeur de la tourmente épidémique, ne veut pas se faire d'illusions. 600 morts en une journée dimanche, c'est 30 de moins que samedi, mais cette baisse est dérisoire. Il est bien trop tôt pour en tirer des conclusions sur le pic, ont admis les autorités.

La ville de New York, frappée de plein fouet par le nouveau coronavirus, est "en situation de stress", a commenté le gouverneur démocrate Andrew Cuomo, qui continue de dénoncer un manque flagrant d'équipements médicaux et de professionnels de santé dans la métropole. Le président Trump a finalement décidé d'y envoyer un millier de médecins et infirmiers militaires, environ 325 d'entre eux ont déjà été affectés aux hôpitaux publics new-yorkais qui sont au bord de la rupture.