Coronavirus : Amazon France sommé de limiter son activité et d'évaluer les risques pour ses salariés

Des employés d'Amazon respectent les distances de sécurité dues au coronavirus, à Douai dans le nord de la France, le jeudi 9 avril 2020
Des employés d'Amazon respectent les distances de sécurité dues au coronavirus, à Douai dans le nord de la France, le jeudi 9 avril 2020 Tous droits réservés Michel Spingler, AP
Tous droits réservés Michel Spingler, AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Amazon France a "de façon évidente méconnu son obligation de sécurité et de prévention de la santé des salariés" selon le tribunal judiciaire de Nanterre.

PUBLICITÉ

Alors que de nombreuses personnes confinées utilisent ses services, Amazon France a "de façon évidente méconnu son obligation de sécurité et de prévention de la santé des salariés" selon le tribunal judiciaire de Nanterre. En conséquence, le tribunal a ordonné mardi à la branche française du géant du commerce en ligne d'établir une évaluation des risques inhérents à l'épidémie de Covid-19 sur ses entrepôts et de restreindre en attendant son activité aux seuls produits essentiels, selon le jugement obtenu par l'AFP.

La juridiction enjoint aussi Amazon France de restreindre son activité "aux seules activités de réception des marchandises, de préparation et d'expédition des commandes de produits alimentaires, d'hygiène et médicaux, sous astreinte d'un million d'euros par jour de retard et par infraction constatée".

Pas d'arrêt total des entrepôts d'Amazon France

Cette restriction s'applique "dans les 24 heures" et pour un mois. Amazon devra obligatoirement associer les représentants du personnel à l'évaluation des risques.

Le tribunal était saisi par SUD (Union syndicale Solidaires), premier syndicat dans l'entreprise, soutenu par Les Amis de la Terre. L'intervention des Amis de la Terre a été déclarée irrecevable.

Le tribunal a écarté la demande "à titre principal" déposée par le syndicat d'arrêter totalement l'activité des entrepôts au motif qu'ils rassemblent plus de 100 salariés en un lieu clos.

En revanche, il fait droit à la demande "à titre subsidiaire" d'arrêter la livraison de produits non essentiels tant que n'aura pas été mise en oeuvre une évaluation des risques et les mesures nécessaires pour protéger la santé des salariés.

Le tribunal condamne en outre Amazon a verser des dommages à SUD à hauteur de 4.800 euros.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Sommé par la justice, Amazon ferme temporairement ses sites français

Pour la première fois l’industrie de la pomme de terre en Belgique demande l’aide du gouvernement

Les journalistes ont eu un accès rare au sous-marin français à propulsion nucléaire de classe Rubis