DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

En France, la stratégie de la prudence après un mois de confinement

euronews_icons_loading
En France, la stratégie de la prudence après un mois de confinement
Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

Il était attendu. Emmanuel Macron l'a confirmé devant près de 37 millions de téléspectateurs... Solennel, le président a annoncé aux Français le prolongement du confinement pour quatre semaines.

« Plus les règles seront respectées, plus nous sauverons de vies, a-t-il expliqué. C'est pour cela que le confinement le plus strict doit encore se poursuivre jusqu'au lundi 11 mai. »

Alors seulement, les crèches et établissements scolaires pourront rouvrir, mais graduellement et peut-être pas pour tous. La priorité, ce seront les élèves et les familles les plus précaires, a fait savoir le ministre de l'Éducation nationale.

Le premier mois de bouclage a lourdement pesé sur l'économie et le PIB devrait reculer de 8 % cette année. Le plan d'urgence pour les entreprises et les salariés (100 milliards d'euros) pèse aussi sur les comptes publics. C'est le prix à payer, a reconnu le chef de l'État.

En France, le bilan humain est de 15 000 morts, avec plus de 98 000 cas confirmés, mais des admissions en réanimation sont à la baisse depuis cinq jours.

Si les autorités françaises entrevoient un recul de la pandémie, elles ont aussi été très critiquées, notamment pour la pénurie de masques et des tests trop parcimonieux.

Stéphane Singier sort de 10 jours d'hospitalisation. Il a survécu au Covid-19 et en appelle à tirer les leçons de cette crise.

« Il faut que nos politiques comprennent qu'aujourd'hui, la vie, notre vie, la vie de tous les gens qui peuvent aller travailler et développer notre pays, c'est ce qu'il y a de plus important et on ne pourra pas faire des économies là-dessus, nous dit-il. Et il ne faut pas se dire : on ne sait pas si ça arrivera une autre fois ou pas. On doit être prêt, et moi, je tiens vraiment à témoigner mon admiration, ma gratitude auprès de ces personnes (les soignants) car c'est parce qu'il y a toute cette organisation-là et toutes leurs compétences que des personnes comme moi peuvent s'en sortir. »

Un hommage aux soignants réitéré jour après jour. Et eux n'auront guère le loisir de baisser la garde lorsque les rues se repeupleront. Pour éviter une seconde vague après le début du déconfinement, les restaurants et cinémas resteront fermés et les manifestations culturelles seront annulées jusqu'à la mi-juillet. Toute personne présentant des symptômes sera testée et isolée, et le port du masque pourrait devenir systématique notamment dans les transports en commun.

Autant dire que le retour à la normale n'est pas pour demain. Une normalité qui sera toute relative jusqu'à la mise au point d'un vaccin.