DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : des libérations anticipées pour désengorger les prisons

euronews_icons_loading
Coronavirus : des libérations anticipées pour désengorger les prisons
Tous droits réservés  MICHELE SPATARI/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

Des prisons bien souvent surpeuplées et vétustes... En Europe, le huis-clos carcéral est un terreau dangereusement propice à la propagation du Covid-19. Jusqu'ici, pas de foyer majeur, mais divers gouvernements ont pris des mesures pour désengorger les établissements pénitentiaires, notamment la libération anticipée des prisonniers arrivant en fin de peine.

« C'est très difficile à l'intérieur d'une prison parce que les espaces sont confinés, explique Mark Fairhurst, le président du syndicat britannique des personnels pénitentiaires. Les couloirs sont étroits, les portes des cellules sont très proches. Respecter les consignes de distanciation est possible, mais cela nécessite d'imposer encore plus de restrictions. »

Au Royaume-Uni, 4000 libérations anticipées sont prévues

Au Royaume-Uni, l'objectif est de libérer de manière anticipée 4000 détenus, mais pour ce syndicaliste, le processus est trop lent.

« Nous espérons que cela va se généraliser et que ces détenus pourront sortir bientôt, car d'après ce que je sais, ils ne sont pas très nombreux à avoir été libérés depuis l'annonce, déplore Mark Fairhurst_. Donc il faut que ça aille plus vite. »_

Une lenteur justifiée par la ministre en charge du dossier qui invoque les vérifications nécessaires avant de relâcher des détenus.

« En ce qui concerne les libérations, quatre hommes sont sortis de prison la semaine dernière et un nombre significatif d'autres détenus seront libérés cette semaine, précise Lucy Frazer_. Ces derniers jours, nous devions aussi nous assurer - et c'était impératif - que les personnes qui seront relâchées ne posent pas de risques pour la sécurité publique. »_

En France, 10 000 détenus de moins

En France, en un mois seulement, la population carcérale a baissé de 10 000 prisonniers ; le résultat des libérations anticipées mais aussi du ralentissement de l'activité judiciaire et du recours moins fréquent aux détentions provisoires.

Trouver l'équilibre entre prévention et sécurité n'est pas simple. L'Italie en sait quelque chose. En mars, la suspension des parloirs y avait provoqué des mutineries.