DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : les chasseurs maltais ont le droit de pratiquer leur activité malgré le confinement

euronews_icons_loading
Coronavirus : les chasseurs maltais ont le droit de pratiquer leur activité malgré le confinement
Tous droits réservés  Matthew Mirabelli/ EU
Taille du texte Aa Aa

L’ONG Birdlife Malte présente un cadavre. C’est un oiseau de proie, un busard des roseaux, abattu illégalement en période chasse assure l’organisation de défense de la nature. Alors que l’île méditerranéenne tourne au ralenti à cause de la pandémie de coronavirus, les chasseurs ont encore le droit de sortir leurs fusils. "Lorsqu’il s’agit de chasse le gouvernement fait un pas en avant, en arrière, sur le côté un peu comme un jouet entre les mains du lobby des chasseurs", s’agace le directeur de Birdlife Malte, Mark Sultana.

L’exécutif maltais explique que les chasseurs sont seuls sur le terrain, voilà pourquoi ils peuvent poursuivre leur activité. Toutefois ceux de plus de 65 ans se voient retirer leur permis pour les pousser à rester chez eux.

Une activité très encadrée

Les Maltais ont voté en 2015 à une courte majorité en faveur de la chasse au printemps malgré le danger que cela représente pour les oiseaux migrateurs. Les chasseurs assurent appliquer à la lettre les recommandations du gouvernement. "Vous ne verrez nulle part ailleurs un meilleur respect en Europe" des règles nationales et européennes assure David Scallan, secrétaire général de la Fédération européenne des associations de chasse et de conservation.

Les autorités maltaises reconnaissent qu’un oiseau par jour est abattu de façon illégale lors de la saison de la chasse au printemps. Mais les défenseurs de la nature estiment que les chiffres sont beaucoup plus élevés.