DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'économie européenne au plus mal

euronews_icons_loading
L'économie européenne au plus mal
Tous droits réservés  euronews
Taille du texte Aa Aa

L'économie européenne est en chute libre. Les premiers chiffres officiels publiés par l'organisme européen Eurostat font craindre une profonde récession pour l'année en cours sur l'ensemble du continent. Après une très faible croissance fin 2019, le PIB s'est contracté de 3, 8 % dans la zone euro entre janvier et mars, de 3, 5 % dans l'Union, un record absolu depuis les débuts de l'Union européenne.

Le ministre allemand du travail estime que son pays est à un tournant de son histoire. "Compte tenu de la pandémie, nous faisons face à un défi historique majeur, a déclaré Hubertus Heil. L'économie mondiale tout entière et aussi notre économie nationale en Allemagne sont confrontées à la plus lourde récession économique de leur histoire. Ce sera sûrement la pire récession de l'après-guerre."

La plupart des pays européens sont entrés en confinement en mars, donc seulement à la fin du premier trimestre. Mais cela a suffi à plonger certains d'entre eux dans la récession après une fin d'année 2019 déjà difficile. En Italie, le PIB s'est contracté de 4, 7 % entre janvier et mars, de 5, 8 % en France. Ces deux pays sont d'ores et déjà en récession avec deux trimestres consécutifs de croissance négative. "Les prévisions budgétaires tiennent compte d'un autre scénario qui ne peut être exclu, celui d'une pandémie persistante qui conduirait à une contraction du PIB de 10, 6 % en 2020" a déclaré le président du Conseil italien Giuseppe Conte.

Tout dépendra de la durée des mesures de confinement et des réponses politiques à la pandémie. La présidente de la BCE n'exclut pas, elle non plus, une aggravation de la situation. "Les scenari de croissance élaborés par nos équipes suggèrent que la croissance dans la zone euro pourrait s'établir de - 5 à - 12 % cette année" a déclaré Christine Lagarde. L'ancienne directrice générale du FMI insiste : la suite dépend de la durée du confinement et du succès ou non des politiques visant à atténuer les conséquences économiques sur les entreprises.